Principe d'identité et société d'échange : critique de l'idéalisme et théorie de la société chez T.W. Adorno

par Vincent Chanson

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Stéphane Haber.


  • Résumé

    Cette thèse se propose de rendre compte de l’articulation qui est opérée dans l’œuvre de Theodor W. Adorno entre critique de l’idéalisme et critique de la société. Ceci en confrontant deux figures que nous considérons comme centrales pour son dispositif : celle de principe d’identité et celle de société d’échange. Car il s’agit pour Adorno de déterminer la manière dont la logique de le pensée identifiante peut rencontrer celle de l’abstraction marchande : une même tendance à la mutilation de l’hétérogène y serait repérable. La question étant ici celle d’analyser comment ces deux modalités peuvent se médiatiser, de comprendre comment une philosophie orientée en direction du primat de la non-identité peut aussi dans le même temps se déployer comme théorie critique. En d’autres termes, saisir une contrainte objective dans et par le concept implique chez Adorno de rendre compte de l’imbrication entre idéalisme et domination sociale : de la critique de la logique conceptuelle identificatoire à celle de l’immanence du monde devenu système, en passant par celle de la subjectivité constituante ou des formes d’abstraction sociales fétichistes et réifiées. Tout l’enjeu de notre travail sera de ce fait de reconstruire les principales modalités d’une telle problématique, nous concentrant sur la discussion par Adorno des thèses d’Alfred Sohn-Rethel dans un premier temps, pour ensuite étudier selon deux grands moments le statut du principe d’échange et sa liaison avec la rationalité identificatoire ‒ celui de la Dialectique de la Raison (1944-47) et celui de la Dialectique négative (1966).

  • Titre traduit

    Identity principle and exchange principle : T. W. Adorno's critique of idealism and social theory


  • Résumé

    The aim of this dissertation is to account for the articulation between the critique of idealism and the critique of society operated in Theodor W. Adorno’s work. In order to do so, I compare two figures which I consider central in his conceptual apparatus : the identity principle and the exchange society. For Adorno’s goal is to determine the way the logic of identificatory thought meets the logic of commodity abstraction, where a same tendency towards the mutilation of the heterogeneous is at work. The question is thus to analyse how these two modalities can mediate each other and to understand how a philosophy which is guided by the primacy of non-identity can, at the same time, deploy itself as a critical theory. In other words, to grasp conceptually an objective constraint means for Adorno to account for the interweaving of idealism and social domination : from the critique of the indentificatory conceptual logic to the critique of the immancence of a now system-like world, through the critique of constitutive subjectivity and of forms of social, fetishistic and reified abstractions. The aim of this study is to reconstruct the main modalities of this problematic, focusing on Adorno’s dicussion of Alfred Sohn-Rethel first, and then on the status of the exchange principle and its connection witch identificatory rationality in Dialectic of Enlightenment (19944-47) and in Negative Dialectic (1966).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.