Le rôle de la télévision française dans la transmission de la mémoire collective de la Seconde Guerre mondiale au travers de documentaires

par Charlene Mamillon

Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication

Sous la direction de Gilles Delavaud, Jacques Guyot et de Gilles Delavaud.

Soutenue le 15-05-2018

à Paris 8 , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis) , en partenariat avec Centre d'études sur les médias, les technologies et l'internationalisation (équipe de recherche) .

Le président du jury était Margarita Ledo Andión.

Le jury était composé de Gilles Delavaud.

Les rapporteurs étaient David Buxton, Jean Châteauvert.


  • Résumé

    La mémoire collective correspond aux souvenirs que partage un groupe ou une société. Elle peut se transmettre. Elle marque donc l’identité des groupes. Il existe une multitude de mémoires collectives puisque chaque groupe social à la sienne. D’ailleurs, un individu peut appartenir à plusieurs groupes et donc détenir plusieurs mémoires collectives. La télévision participe à créer une mémoire collective de la Seconde Guerre mondiale à force de répétition. En effet, chaque année, elle diffuse et rediffuse de nombreux documentaires qui en parlent qui utilisent toujours les mêmes images d'archives. La plupart des documentaires ont recours aux témoins et jouent sur l’émotion de ceux-ci pour que les téléspectateurs s’imprègnent de leurs récits durablement. La transmission de la mémoire collective se fait aussi grâce au commentaire explicatif qui permet de lier les images entre elles et de leur donner du sens. Les images utilisées sont souvent les mêmes et permet aux téléspectateurs de ne pas les oublier. Pour tenter de se démarquer des autres réalisateurs, certains colorisent les archives pour les rendre plus vivantes, plus attrayantes. Selon les historiens, la colorisation pose plusieurs problèmes dont celui du travestissement des images d’origine. Cependant, il existe une autre façon de faire des documentaires. Shoah de Claude Lanzmann n’utilise aucune image d’archives. Le réalisateur choisit de les remplacer par des images qu’il a filmées des lieux d’extermination et par des témoignages. La différence de ce film lui a permis de devenir un point de référence.

  • Titre traduit

    The role of French television in transmitting the collective memory of the Second World War thanks to documentaries


  • Résumé

    The collective memory corresponds to the souvenirs shared by a group of people or by society. It can be transmitted from people to people. So it testifies of the group’s identity. There are a multitude of collective memories since every social group gets one. One person can be a part of several groups and then, get various collective memories.Television creates a collective memory of the Second World War through repetitions. Indeed, each year, it broadcasts a lot of documentaries which always use the same archive images.Most documentaries resort to the testimony of witness and play with their emotions so that the audience retains their stories for long. The collective memory is also transmitted thanks to the illustrative comment that gives sense to the images. The images in documentaries are often the same and the audience can recognize them, remember them and never forget them.Sometimes, the archive images are in colour in order to make them more attractive. The colour images do not represent reality more than the black and white images. They are a lie for the audience.However, there is another way of making documentaries. Shoah, Claude Lanzmann’s movie, do not use archive images. The director used the pictures of extermination camps that he filmed and the testimonies of the survivants.This documentary became a benchmark thanks to its singularity.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.