Statuettes en terre cuite de l'époque hellénistique en Italie : productions et variations

par Sophie Féret

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Olivier de Cazanove.

Soutenue le 21-12-2018

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale Archéologie (Paris) , en partenariat avec Archéologies et sciences de l'Antiquité (Nanterre) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Arthur Muller.

Le jury était composé de Olivier de Cazanove, Violaine Jeammet, David Nonnis, Francesco Sirano.

Les rapporteurs étaient Maria Cecilia D'Ercole.


  • Résumé

    Le moulage en terre cuite est un procédé de fabrication qui permet de reproduire mécaniquement des objets, à l’aide de matrices. Aussi, en tant que procédé technique, la coroplathie est un exemple de fabrication et de diffusion d’images en nombre.Ma recherche est centrée sur la construction d’une typologie des statuettes en terre cuite de l’époque hellénistique, et principalement celles qui datent des IIIe et IIe siècles av. n.è. en Italie.Celles-ci se caractérisent par un renouvellement iconographique des figurines génériques, sans attribut, dont les plus emblématiques sont les représentations de femmes drapées, appelées aussi « tanagréennes ». En effet, à partir du milieu du XIXe siècle, avec l’apparition sur le marché de l’art des figurines de Tanagra (vers 1870) et de Myrina (vers 1880), le sujet a commencé à attirer l’attention des amateurs d’antiquités puis des scientifiques. Longtemps collectionnées pour elles-mêmes, ces statuettes ont souvent été désolidarisées de leurs environnements archéologiques. En Italie, c’est en grande partie par des études rétrospectives des statuettes conservées dans les musées qu’on parvient aujourd’hui à reconstituer des assemblages et des contextes de découverte (votif ou funéraire). La documentation ayant servi de matière première à cette thèse est disparate. Elle est constituée de catalogues d’objets et de notices de sites éparses dans lesquelles les statuettes sont souvent sous-exploitées. C’est toute la difficulté de cette démarche : ces figurines en terre cuite, à la fois nombreuses, répétitives et souvent fragmentaires suscitent peu d’engouement ; la dynamique de recherche s’attardant davantage sur des lots d’objets mieux conservés ou identifiés. Dans un certain sens, mon travail tente de revaloriser le multiple tant du point de vue de l’artisanat que des usages de ces statuettes dans leurs matérialités religieuses.Le terrain d’enquête de cette étude est celui de l’Italie hellénistique, indépendamment des contextes culturels (italiques, grecs, étrusques, romains) dans lesquels l’historiographie a parfois eu tendance à enfermer la petite plastique en terre cuite. En dépit de leur nombre et de leur diversité, ou plus exactement en raison de ces facteurs, ces figurines restent assez mal connues.Dans ma démarche, j’ai tenté d’échapper aux classements iconographiques et techniques habituels. Ces types tanagréens, largement constitués de figurines féminines drapées mais aussi de quelques sujets mythologiques (Eros, Aphrodite, Athéna, Hermès…) qui par des jeux d’attributs superposés personnalisent ces figurines, ont été observés et analysés en fonction de leur forme et présentés selon une typologie morphologique. Celle-ci a été conçue dans la perspective de proposer une nouvelle grille de lecture et d’interprétation afin de construire des instruments de recherche mieux à même de s’adapter à ces objets dépourvus d’apparentes significations, enchevêtrés dans une sérialité des formes d’où émergent des singularités. La forme et ses variations sont au cœur du sujet, donnant lieu à des développements sur les principales échelles de production de ces figurines et sur l’interprétation des images qu’elles ont véhiculées en fonction de leur environnement topographique, historique et culturel.

  • Titre traduit

    Terracotta statuettes from Hellenistic Italy : productions and variations


  • Résumé

    Terracotta casting is a process of manufacturing that allows the mass production of objects with the help of molds. As a technical process, coroplasty is an example of mass production and diffusion of images.My research is focusing on building a typology for terracotta figurines of the Hellenistic era, more specifically the ones dating back to the 3rd and 2nd Centuries BC in Italy. These generic figurines, with no specific characteristics, feature a renewal in statuette iconography. The most emblematic ones usually represent women wrapped in veils, also called Tanagra figurines.Around the middle of the 19th century, with the apparition of figurines from Tanagra (circa 1870) and Myrina (circa 1880) on the art market, the statuettes began to catch the attention of connoisseurs, then scientists. Collected for themselves for a long time, these figurines have often been torn apart from their archeological environment. In Italy, thanks in great part to a retrospective study of the figurines preserved in museums, we are able to re-establish connections with groups and contexts of discoveries (votive or funerary figurines).The materials gathered for the documentation of this thesis are heterogeneous. It consists of artwork catalogues and notes from various sites where the figurines are often underexposed. The main complexity of this research follows thus: the terracotta figurines, both abundant and repetitive, often incomplete, arouse little enthusiasm; all the energy in research usually focuses mostly on the group of objects best preserved or identified. In a way, my work tries to reassert the value of numbers, as much from the point of view of handicraft as from the different religious functions of the figurines.Italy during the Hellenistic era is the field of investigation for this research, irrespective of cultural context (Italic, Greek, Etruscan or Roman) from which sometimes historiography has a tendency to confine small terracotta figures. Despite their number and variety, or rather because of them, these figurines remain largely ignored. My approach tries to break free from the usual iconographic typologies and technical classifications. I tried to observe and analyze the Tanagra figurines – mostly consisting of veiled feminine silhouettes, but also including some mythologicaltopics (Eros, Aphrodite, Athena, Hermes…) personalized through an array of superimposed attributes – taking into account their shape, and presenting them according to a morphological typology. This typology has been created in the prospect of offering a new frame of reference and interpretation, in order to build tools of research better fitted to these figurines, all lacking in apparent meaning, entangled in the serialization of its shapes, from which sometimes uniqueness emerge. The form and its variations are at the heart of the topic, leading to developments on main production scales, or on the interpretation of the images they conveyed depending on their topographical, historical and cultural environment.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.