Paléodémographie du site de protohistorique Pratupha : étude comparative avec l'Inde du Sud

par Worrawit วรวิทย์ บุญไทย (Boonthai)

Thèse de doctorat en Archéologie, Anthropologie et Ethnologie

Sous la direction de Jean-Paul Demoule.

Soutenue le 15-03-2018

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale Archéologie (Paris) , en partenariat avec Trajectoires - De la sédentarisation à l’État (Nanterre) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Luc Nguyen Tan Tai.

Le jury était composé de Jean-Paul Demoule, Khamphanh Pravongviengkham.

Les rapporteurs étaient Gilles Delouche, Subhash R Walimbe.


  • Résumé

    Notre étude est destinée en premier lieu à l'évaluation paléo démographique des squelettes humains retrouvés sur le site de Pratu Pha afin d'extrapoler le potentiel des ossements humains dans le but de comprendre la nature bio-culturelle des adaptations de la population protohistorique de Pratu Pha. Les caractéristiques squelettiques observées ont été interprétées et comparées avec des données issues des populations squelettiques du Sud et du Sud-est asiatique, et en particulier avec la population protohistorique de Han Chiang (2100 av. J.-C-200 ap. J.-C.), dans le Nord-Est de la Thaïlande. Afin de saisir les possibles tendances micro-évolutionnaires dans la morphométrie squelettique en Thaïlande, certains résultats de recherche effectuée dans le sous-continent indien ont été mentionnés et utilisés dans cette étude avec pour objectif de projeter un possible scénario évolutionnaire en Thaïlande au cours des 5000 dernières années. Les échantillons de Pratu Pha comprennent à la fois des individus mâles et femelles de différents âges. Les deux (sexes) sont probablement présents dans la collection, même si nous ne pouvons pas l'affirmer avec certitude. La population squelettique peut, cependant, être prise comme une représentation transversale de la société disparue. Les observations paléo-pathologiques fournissent. les preuves de la vie quotidienne et des modes de vie des gens. Plusieurs sources de données indiquent que la vie quotidienne était physiquement intense. Même s'il existe des fractures apparues peu avant Je moment de la mort, il n')' a pas d'indications de guerre systématique ou d'autres violences interpersonnelles. Le sous-continent indien fournil un excellent tableau de squelettes humains appartenant à diverses phases culturelles. Ces populations comprennent un riche éventail d'adaptations culturelles, y compris la chasse et la cueillette au Mésolithique, l'urbanisation au Harappan, l'agro-pastoralisme au Néolithique-Chalcolithique, el l'économie de l'Age de bronze au Mégalithique. Les comparaisons transculturelles du cas Indien montrent des différences dans les caractéristiques crâniennes des populations préagricoles et celles des premières agro-pastorales, avec notamment deux changements significatifs dans la morphométrie crânienne. Cette hypothèse, testée avec succès dans les divers si les du sud-continent indien, mérite d'être essayée en Thaïlande.

  • Titre traduit

    Paleodemography of protohistoric Pratu Pha : comparative account with South Indian scenario


  • Résumé

    The study primarily aims for a palacodemographic assessment of human skeletons recovered from the Pratu Pha site in order to project the research potential of human bones for understanding the nature of bio-cultural adaptations of the protohistork Pratu Pha population. The observed skeletal features are interpreted and compared with available skeletal data from South and South-cast Asian skeletal populations, esp. the protohistoric Ban Chiang population (2100 BCE-200 AD) of Northeastern Thailand. To understand possible microevolutionary trends in skeletal morphometry in Thailand, some results of research work undertaken for the lndian sub-continent are mentioned and used in this study for projecting possible evolutionary scenario in Thailand for the last 5000 years. The Pralu Pha sample comprises both male and female individuals of varying ages. Both are probably present in the collection, though this cannot be stated with certainty. The skeletal population can be therefore taken as cross-section representation of the bygone society. The palaeopathological observations provide evidence of the daily lives and ways of life of the people. Several lines of evidence indicate that daily life was physically strenuous. While there are occurrences of fractures in these remains, including one possible case of fracture near the lime of death, there are no indications of systematic warfare or other interpersonal violence. The lndian subcontinent provides an excellent array of human skeletal evidence belonging to various cultural phases. These populations include a rich spectrum of cultural adaptations, including hunting and gathering in the Mesolithic, urbanization in the Harappan, agro-pastoralism in the Neolithic ­Chalcolithic, and Iron-Age economy in the Megalithic. Cross-cultural comparisons in the Indian context show differences in cranial features of pre-agricultural and early agro-pastoral populations revealed by two significant changes in cranial morphometry. The hypothesis tested successfully for sites in the Indian sub-continent is worth trying in Thailand.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.