Mythologies, fictions, modèles : les récits du politique : un itinéraire de la France classique à l'Allemagne romantique

par Daphné Vignon

Thèse de doctorat en Littératures générale et comparée

Sous la direction de Jacques Gilbert.

Soutenue le 19-10-2018

à Nantes , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) , en partenariat avec Université Bretagne Loire (COMUE) et de Laboratoire l'Antique, le moderne (Nantes) (laboratoire) .

Le président du jury était Baldine Saint Girons.

Le jury était composé de Laurent Loty, Milad Doueihi, Françoise Lavocat, Paolo Heritier.


  • Résumé

    Postérieure à la communauté qu'elle prétend diriger, s'inspirant des sociétés autant qu'elle les influence, à la confluence de la liberté et de la préservation, du droit et de la coercition, la politique est dès son origine – la citée grecque – considérée comme un art. technique subtile qui emprunte à l'idéal pour se confronter à la multiplicité changeante du réel, elle s'exerce selon un double mouvement par lequel elle s'inspire des modèles tout autant qu'elle en façonne. quel est cet art de gouverner ? comment définit-il et organise-t-il son espace et son temps –ceux-là même qui deviendront publics, qui dessineront en creux les limites privées et qui traceront de facto les bornes socialement acceptables ? dans cette tension permanente d'enjeux contradictoires et interdépendants, l'art emprunte à l'art et puise ses modèles aux sources d'autres expressions, d'autres révélateurs. l'art politique fait ainsi œuvre, de parades en coulisses, organisant le champ de son action et de sa reconnaissance. il se construit un corps spécifique, empruntant largement aux métaphores et plus encore aux symboles. quand la montée des questions identitaires portent au devant de la pensée le soupçon d'un ‘repli' ou le souci d'une ‘préservation' de cultures plus ou moins diffuses ou légitimes et quand les réseaux d'appartenance paraissent se multiplier face à des frontières en mouvement, il semble plus que jamais fondé d'interroger l'art politique, comme les moyens, largement empruntés à l'esthétique, dont il use. ce cheminement invite à retrouver les mythologies du pouvoir, mécanismes par lesquels se construit le récit de sa légitimité, puis à articuler sur ce récit les stratégies politiques pour circonscrire les lieux de leur visibilité et de leur invisibilité et les temps de leur évolution –si ce n'est de leur progrès. au cœur de cet espace de dévoilement, les visages et les masques qu'emprunte l'autorité dessinent les modèles des corps publics et sociaux. et indiquent tout autant les zones laissées dans l'ombre, marges où le bruit anarchique et contestataire recèle souvent la promesse des harmonies futures.

  • Titre traduit

    Mythologies, fictions, models : the narrative of politics : an itinerary from classical France to romantic Germany


  • Résumé

    The narrative of politics cannot be reduced to a stratagem allowing the power to "tell stories", in a more or less skilful way, for utilitarian, propagandist or, perhaps more nobly, educational purposes. As a narrative, it has a constitutive dimension that must be understood in the full sense of a constitution that is all the more difficult to grasp because the power of the narrative only holds as much as it is accepted as a narrative. More than an exegesis of functional myths whose powers would claim to establish their authority, this work is an attempt to understand the narrative matrices from which France and then Germany forged the idea of a state and then the idea of a nation between the 17th and 18th centuries. The field of study, entirely European, is therefore a Western itinerary - the West that invented universality and rationality as much as identity and the triumphant individual. Time and space are the dimensions that political narratives explore in a privileged way. Whether it is a question of attesting to the heritage of the French monarchy or of founding the origin of a still fragmented Germany. Whether it is necessary to establish the centralized administration of the kingdom or to define the territory of an empire which still virtual in many ways. In all cases, legitimation seeks to be authoritative and to give meaning. It aims to hold together heterogeneous elements to achieve cohesion. The definition of these units and their reciprocal articulation are the very fabric of the narrative effort of power, justifying the distance that separates classicism and romanticism as much as their strange kinship. The corresponding models embark in their wake not only aesthetic, but also epistemological, legal or ethical concerns, essential to the framing of a community, that distant background of politics.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Nantes. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.