La dispute religieuse dans le théâtre élisabéthain (1580-1625)

par Jeanne-Mathilda Mathieu

Thèse de doctorat en Études du monde anglophone

Sous la direction de Nathalie Vienne-Guerrin et de Jean-Christophe Mayer.

Le président du jury était Pascale Drouet.

Le jury était composé de Nathalie Rivère de Carles, Yan Brailowsky.

Les rapporteurs étaient Andrew Hiscock.


  • Résumé

    Le présent travail s’intéresse à dix pièces écrites et jouées entre 1580 et 1625. Le corpus retenu inclut des pièces rédigées par Robert Daborne, Thomas Dekker, Thomas Heywood, Christopher Marlowe, Philip Massinger, Thomas Middleton, Samuel Rowley et William Shakespeare et Nathaniel Woodes. Cette étude tâche principalement de révéler en quoi les dramaturges de la Renaissance se sont appropriés et ont transformé des codes appartenant à la tradition de la disputatio médiévale afin de mettre en scène les dissensions religieuses de leur époque. Nous avons pris en compte deux acceptions du terme « dispute ». Il peut en effet être défini comme un débat formel et dialectique et comme la manifestation d’un désaccord violent entre deux personnes ou plus.La première partie étudie les éléments conflictuels que l’on trouve dans les scènes de dispute, observant comment les dramaturges mettent en scène les différents aspects du conflit théologique et se sont emparés de l’idée d’hybridité religieuse qui caractérise la période. Cette partie s’interroge sur la mesure dans laquelle la scène de dispute reflète mais aussi nourrit le conflit religieux. Toutefois, une seconde partie analyse ces dialogues et rencontres conflictuelles, souvent violents, comme une manière paradoxale de négocier une certaine forme de coexistence et de décréter une trêve. Une troisième partie se concentre enfin sur les procédés dramatiques mis en œuvre par les auteurs pour proposer une résolution du conflit et atteindre un compromis littéraire entre une forme artistique élitiste et populaire. Ce travail souligne également le lien entre une célébration de l’art du théâtre comme un art fondamentalement hybride et la représentation du conflit religieux à travers les scènes de dispute.

  • Titre traduit

    The Art of Religious Dispute in Renaissance Drama (1580-1625)


  • Résumé

    This study focuses on ten plays written and performed between 1580 and 1625. The corpus includes plays by Robert Daborne, Thomas Dekker, Thomas Heywood, Christopher Marlowe, Philip Massinger, Thomas Middleton, Samuel Rowley, William Shakespeare and Nathaniel Woodes. The primary aim of this work is to determine the extent to which Renaissance dramatists appropriated and transformed the old tradition of the medieval disputatio in order to stage the religious dissensions of their time. Two definitions of the word ‘dispute’ were considered. Indeed, it can be defined both as a formal dialectical debate and as a violent disagreement between two or more people.The first part explores the conflictual elements to be found in a scene of dispute, looking at how the playwrights staged the different aspects of the conflict and dealt with the idea of religious hybridity which characterises the period. This part questions the extent to which the scene of dispute reflects but also fuels the religious feuds. Nevertheless, the second part analyses these conflictual, and sometimes violent, encounters and dialogues as a paradoxical way to negotiate a certain form of coexistence and to call a truce. Finally, a third part focuses on the way the playwrights used drama to suggest a solution to the conflict and to reach a compromise between an elitist and a popular form of art. This study also explores the link between the vindication of the art of theatre as something fundamentally hybrid and the representation of the religious conflict through scenes of dispute.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.