Impacts des entraînements cognitifs sur la cognition chez les adultes âgés : quel avantage de l'entraînement combiné ?

par Clemence Joubert

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Hanna Chainay.

Soutenue le 16-11-2018

à Lyon , dans le cadre de École Doctorale Neurosciences et Cognition (NSCo) , en partenariat avec Laboratoire d’Étude des Mécanismes Cognitifs Lyon (équipe de recherche) , Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscriptions) et de Laboratoire d'Etude des Mécanismes Cognitifs (laboratoire) .

Le président du jury était Laurence Taconnat.

Le jury était composé de Céline Souchay.

Les rapporteurs étaient David Clarys, Hervé Platel.


  • Résumé

    Notre société occidentale fait face actuellement à une hausse de l’espérance de vie, ce qui amène à un vieillissement de la population. Malgré les avancées médicales, il s’opère une dégradation des fonctions cognitives et des capacités physiques, responsable d’une baisse de la qualité de vie et de la perte d’autonomie. De plus, le nombre de pathologies dégénératives, dont le premier facteur de risque est l’âge, ne cesse d’augmenter. A l’heure actuelle, il n’existe encore aucun moyen pharmacologique permettant de contrer efficacement le déclin cognitif et physique lié à l’âge. Ainsi, l’objectif de ce travail de thèse était de tester l’impact de méthodes non-pharmacologiques sur la cognition, particulièrement au niveau de la mémoire de travail et des fonctions exécutives, la qualité de vie, et l’autonomie. Nous nous sommes concentrés sur les entraînements cognitifs et physiques, en émettant l’hypothèse principale qu’une combinaison de ces deux sphères au sein d’un même entraînement serait plus efficace qu’un entraînement seul (i.e. cognitif ou physique) dans la mesure où ils engendreraient des bénéfices différents mais complémentaires. Ce travail de thèse s’organise donc autour de trois études : l’Etude 1, qui a pour but d’investiguer l’impact d’un entraînement cognitif simple comparé à un entraînement combiné cognitif-et-physique sur la cognition ; l’Etude 2, qui compare l’impact de ces deux mêmes entraînements mais cette fois à un niveau fonctionnel cérébral ; l’Etude 3 qui investigue l’impact d’une prise en charge multidimensionnelle dans la maladie d’Alzheimer. Les résultats de ce travail de thèse nous montrent, en ce qui concerne le vieillissement normal, des bénéfices des deux types d’entraînement au niveau comportemental, en termes de transfert et de maintien à long-terme. En revanche, si l’entraînement combiné a engendré un transfert plus important, l’entraînement cognitif seul produit un meilleur maintien des bénéfices dans le temps. Par rapport au niveau fonctionnel cérébral, des bénéfices ont été montrés sur la composante P100, qui reflète le recrutement attentionnel uniquement pour le groupe d’entraînement cognitif seul. Ensuite, nous avons observé des bénéfices dans le vieillissement pathologique au niveau de la cognition. Pour conclure, ce travail de thèse nous a permis de montrer des effets bénéfiques des entraînements cognitifs et/ou physiques dans le vieillissement normal et pathologique, même si à l’heure actuelle nous ne pouvons pas conclure par une supériorité de l’entraînement combiné comparé à un entraînement cognitif.

  • Titre traduit

    Impact of cognitive training on cognition in older adults : which benefit of combined training?


  • Résumé

    Our western society is currently facing an increase in life expectancy, which is leading to a growing aging population. Despite medical advances, there is a deterioration of cognitive functions and physical abilities, which is responsible for a decline in life quality and a loss of autonomy. In addition, the number of neurodegenerative diseases, whose first risk factor is age, is increasing. Today, there is no pharmacological means to effectively counter agerelated cognitive and physical decline. Thus, the objective of this thesis was to test the impact of non-pharmacological methods on cognition, particularly on working memory and executive functions, quality of life, and autonomy. We focused on cognitive and physical training, with the main hypothesis that a combination of these two aspects within the same training would be more effective than a single workout (ie cognitive or physical) insofar as they would generate different but complementary benefits. This thesis work is organized around three studies : Study 1, which aims to investigate the impact of a simple cognitive training compared to a combined cognitive-and-physical training on cognition ; Study 2, which compares the impact of these two same trainings but this time at a cerebral functional level ; Study 3 which investigates the impact of multidimensional intervention in Alzheimer's disease. The results of this thesis work showed, with regard to normal aging, the benefits of both types of training at the behavioral level, in terms of transfer and long-term maintenance. On the other hand, if combined training has resulted in greater transfer, cognitive training alone produces better benefits maintenance over time. Relative to brain function level, benefits were shown on the P100 component, which reflects attentional recruitment solely for the cognitive training group alone. Then, we observed benefits in pathological aging at the level of cognition. To conclude, this thesis work allowed us to show the beneficial effects of cognitive and / or physical training in normal and pathological aging, even if at present we cannot conclude for the superiority of combined training compared to cognitive training.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.