Compréhension, Emotion, et Attention, une nouvelle approche à détecter le mensonge

par Geoffrey Duran

Thèse de doctorat en Neuroscience cognitive

Sous la direction de Georges Michael et de Isabelle Tapiero.

Soutenue le 23-11-2018

à Lyon , dans le cadre de École Doctorale Neurosciences et Cognition (NSCo) , en partenariat avec Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) et de Laboratoire d'Etude des Mécanismes Cognitifs (laboratoire) .

Le président du jury était Jacques Py.

Le jury était composé de Christine Morin-Messabel, Samuel Demachi.

Les rapporteurs étaient Natalie Lionet-Pzygodski, Alain Somat.


  • Résumé

    Nous sommes tous familiers avec les notions de tromperie et de détection du mensonge Nous admettons volontiers que mentir n’est pas un acte acceptable moralement. Le mensonge a toujours posé un problème moral. Par exemple, Aristote disait que « le mensonge est en soi méchant et coupable », Kant considérait la vérité comme un « devoir inconditionnel en toutes circonstances ». Machiavel a adopté une position différente en louant le mensonge au service de soi. Après avoir été un problème moral et juridique pendant des millénaires, la question du mensonge et de sa détection est devenue depuis une soixantaine d’années une question de recherche. Comment les gens réussissent-ils à tromper les autres ? Comment sont-ils susceptibles de croire les mensonges des autres ? Sont-ils capables de détecter lorsque quelqu’un leur ment ? Si oui, comment ? Pourquoi les gens sont-ils dupés ? Ces questions sont toujours d’actualité et cette thèse s’inscrit dans la continuité des recherches sur la détection du mensonge, dans le cadre de la détection sans instruments spécialisés.Les parutions scientifiques issues de la littérature sur la capacité humaine de détection du mensonge sont pessimistes et montrent que les individus font rarement mieux que le hasard. Si des explications ont été apportées, de nombreuses interrogations persistent encore, comme l’influence de certains aspects de la personnalité et de la cognition sur la capacité à détecter les mensonges. Nous avons ainsi mené plusieurs études expérimentales dans le but de répondre à certaines questions encore présentes. L’ensemble de nos résultats suggèrent que les traits de personnalité associés à une sensibilité aux émotions des autres nuisent à la bonne détection du mensonge. Nos résultats montrent, pour la première fois, que des fonctions cognitives, comme la reconnaissance de la prosodie, l’attention et la compréhension du discours sont impliquées dans la détection du mensonge. Enfin, ce travail de thèse a également examiné si des aspects de la personnalité et de la cognition influencent la capacité de détection de membres des forces de l’ordre.

  • Titre traduit

    Comprehension, Emotion and Attention, a new approach of the ability to detect lies


  • Résumé

    We are all so familiar with the notions of deception and lie detection. We readily admit that lying is not morally acceptable. Lying has always been a moral problem. For example, Aristotle said that "falsehood is in itself mean and culpable" or Kant regarded the truth as "unconditional duty which holds in all circumstances.” Machiavelli has taken a different position by praising deceit in the service of self. After having been a moral and legal problem for millennia, the question of lies and their detection has become a question of research for about sixty years. How do people deceive others? How are people likely to believe the lies of others? Are they able to detect when someone is lying to them? And if yes, how? Why are people fooled? These questions are still relevant, and this thesis is part of the continuity of research on the detection of lies, in the context of detection without a specialized instrument.Scientific publications from the literature on the human capacity to detect lies are pessimistic and show that individuals rarely do better than chance. If explanations have been made, many questions still persist, such as the influence of certain aspects of personality and cognition on the ability to detect lies. We have conducted several experimental studies to answer some of the questions. All of our results suggest that personality traits associated with sensitivity to the emotions of others interfere with the capacity to detect lies. Our results show, for the first time, that cognitive functions, such as recognition of prosody, attentional processes and discourse comprehension, are involved in the detection of lies. Finally, this thesis also examined whether aspects of personality and cognition influence the detection ability of police officers (French Gendarmes).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.