The relationships linking age and body mass to vital rates : a comparative perspective in birds and mammals

par Victor Ronget

Thèse de doctorat en Biologie évolutive. Biologie des populations. Écophysiologie

Sous la direction de Jean-Michel Gaillard et de Jean-François Lemaître.

Soutenue le 12-12-2018

à Lyon , dans le cadre de École Doctorale Evolution Ecosystèmes Microbiologie Modélisation , en partenariat avec Université Claude Bernard (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) et de Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive (laboratoire) .

  • Titre traduit

    Les relations reliant l'âge et la masse aux taux vitaux : une comparaison interspécifique chez les mammifères et les oiseaux


  • Résumé

    Les individus varient en termes de taux de survie et de taux de reproduction. Les variations de ces taux vitaux peuvent être reliées aux caractéristiques des individus tel que la masse et l’âge. Des modèles démographiques ont été développé pour prendre en compte ces variations dans les populations naturelles et permettre de faire des prédictions pour gérer les populations naturelles. Cependant, la quantité de données démographiques nécessaire pour construire ces modèles n’est pas disponible dans toutes les populations. Pour surmonter ce problème, j’ai pendant ma thèse décrit les patrons généraux des relations reliant l’âge et la masse aux taux vitaux chez les mammifères et les oiseaux. En utilisant les données de la littérature, j’ai pu décrire les patrons généraux de ces relations et mis en évidence les facteurs biologiques pouvant expliquer les variations de ces relations entre les espèces et les populations. Dans un premier temps je me suis concentrer sur le lien entre la masse des individus et leurs taux vitaux. J’ai montré un effet positif de la masse des jeunes sur la survie des jeunes. J’ai ensuite mis évidence l’effet des différentes causes de mortalité sur cette relation avec par exemple un effet négatif de la prédation sur l’intensité de cette relation. J’ai ensuite montré un effet positif de la masse de la mère sur la masse du jeune et enfin que la probabilité de reproduction d’une femelle est impactée positivement par sa masse. Dans une seconde partie, je me suis concentré sur le lien entre l’âge et la survie chez les mammifères. Pour décrire ce lien, nous avons construit une base de données MALDDABA compilant les relations reliant l’âge aux taux vitaux chez les populations naturelles de mammifères que nous avons extraits de tables de vie issues de la littérature. En utilisant ces données, nous avons démontré que les femelles vivent en moyenne plus longtemps que les mâles chez les mammifères en milieu naturelles. J’ai enfin décrit les avantages at les inconvénients des différentes métriques de longévité et proposé de nouvelles méthodes pour décrire la relation entre l’âge et le taux de mortalité. Avec cette thèse, je mets en avant l’utilisation des approches comparatives pour mieux comprendre quels sont les facteurs qui influence la dynamique des populations naturelles


  • Résumé

    Individuals varies in terms of survival and reproduction. Most of those variations in vital rates can be linked to individual characteristics such as age or body mass. Demographic models were developed to make prediction on those trait-structured populations and are now often used to manage wild populations. However, the amount of data needed to perform those models is not available for every populations. To overcome this issue, I tried in my thesis to assess the general patterns for the relationships linking age and body mass to the vital rates in birds and mammals. By comparing relationship extracted in the literature, I was then able to assess the general effect of body or age on vital rates as well as the biological factor explaining the variation of those relationships between species and populations. I first assess how body mass influence vital rates in birds and mammals. I demonstrated the positive effect of offspring body mass on offspring survival and showed how the relative importance of each causes of mortality influence this relationship, with for instance a negative effect of the predation rate on the intensity of the relationship. I also showed that mother body mass is positively related to offspring body mass and that heavier mother are also more likely to reproduce. On a second part I focused on describing the relationship between age and survival for mammals. We built a database MALDDABA compiling all relationships linking vital rates to age for wild mammals from life tables reported in the literature. Using life table data compiled in the database I was able to demonstrate that females live on average longer than males in wild populations of mammals. I then critically assess the metrics of longevity and provide new insight to describe the relationship between mortality and age. With my thesis I provided new views on the uses of comparative approach to highlight the major factors influencing the population dynamic in the wild


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.