Revigny-sur-Ornain, Vaubécourt et la Première Guerre mondiale : histoire et mémoire dans deux anciens cantons ruraux de la Meuse (1914-2018)

par Mickaël Mathieu

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Jean-Noël Grandhomme.

Le président du jury était François Cochet.

Le jury était composé de Jean-Noël Grandhomme, Jean Lamarre, Catherine Lanneau, Julie d' Andurain.

Les rapporteurs étaient Jean Lamarre, Catherine Lanneau.


  • Résumé

    La Première Guerre mondiale a fortement touché le département de la Meuse, traversé par la ligne du front occidental… Verdun, le saillant de Saint-Mihiel et l’Argonne portent toujours les cicatrices de ces années de combats. Or, plus au sud, les anciens cantons de Revigny et de Vaubécourt (réunis depuis 2014) ont également subi le feu de la guerre. Rien ne semblait les destiner à devenir un champ de bataille, mais ils se sont retrouvés sur la ligne de front de la première bataille de la Marne car ils sont sur la route des deux principales villes meusiennes, Bar-le-Duc et Verdun, principaux enjeux sur ce secteur de combat. La bataille, opposant la 3e armée française à la Ve armée allemande, y est dure. Au final, les Allemands sont contraints au repli, comme sur l’ensemble du front. Ils abandonnent les cantons de Revigny et de Vaubécourt, théâtre eux-aussi du « miracle de la Marne », mais à la notoriété moindre en comparaison du sauvetage de Paris et des « taxis de la Marne » … Après la bataille de la Marne, les deux cantons, en partie ruinés, se retrouvent dans l’arrière-front français. La ligne de feu s’est fixée plus au nord, mais les effets du conflit se font toujours ressentir. Des généraux y supervisent les opérations sur les fronts de Champagne et de Meuse. Des installations militaires sont érigées afin de soutenir et approvisionner les secteurs des combats. Elles accueillent les soldats français et alliés en partance et au retour du front. La population locale est contrainte de participer à l’effort de guerre, voyant ses principales ressources mises à disposition des armées française et américaine. Pendant l’intégralité du conflit, les habitants des cantons de Revigny et de Vaubécourt ont vécu des heures difficiles, sous le signe de l’angoisse, des privations et des relations parfois difficiles avec l’autorité militaire. Après l’armistice, des hommages sont rendus à ces territoires pour les souffrances endurées pendant les hostilités, rendus par la Nation par l’intermédiaire des deux personnalités politiques meusiennes de l’époque, Raymond Poincaré et André Maginot. Les deux cantons honorent leurs habitants morts du conflit, relèvent leurs ruines, mais font disparaitre les traces, contribuant à l’oubli de ces combats et des événements survenus pendant la Grande Guerre dans les cantons de Revigny et de Vaubécourt. Ce n’est qu’à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale que cette histoire a partiellement remise en lumière

  • Titre traduit

    Revigny-sur-Ornain, Vaubécourt and World War I : history and memory in two former rural districts of the Meuse (1914-2018)


  • Résumé

    World War I strongly affected the department of the Meuse, crossed by the Western front line ... Verdun, the salient Saint-Mihiel and the Argonne still bear the scars of these years of fighting. However, further south, the former cantons of Revigny and Vaubécourt (gathered since 2014) also suffered the fire of the war. Nothing seemed destined to become a battlefield, but they found themselves on the front line of the first battle of the Marne because they are on the road of the two main cities Meus, Bar-le-Duc and Verdun, main stakes on this combat sector. The battle between the 3rd French Army and the 5th German Army is hard. In the end, the Germans are forced to withdraw, as on the whole front. They abandon the cantons of Revigny and Vaubécourt, also theater of the "miracle of the Marne", but with less notoriety in comparison with the rescue of Paris and "taxis of the Marne" ...After the Battle of the Marne, the two cantons, partly ruined, are found in the French rear-front. The line of fire is more northerly, but the effects of the conflict are still felt. Generals oversee operations on the Champagne and Meuse fronts. Military installations are erected to support and supply the combat areas. They welcome French and Allied soldiers on their way out and back from the front. The local population is forced to participate in the war effort, seeing its main resources made available to the French and American armies. During the whole conflict, the inhabitants of the townships of Revigny and Vaubécourt experienced difficult hours, under the sign of anxiety, privations and sometimes difficult relations with the military authority.After the armistice, tributes are paid to these territories for the suffering endured during the hostilities, rendered by the Nation through the two Meusian politicians of the time, Raymond Poincaré and André Maginot. The two cantons honor their inhabitants who died of the conflict, raise their ruins, but make disappear the traces, contributing to the forgetfulness of these combats and the events which occurred during the Great War in the townships of Revigny and Vaubécourt. It was only on the occasion of the centenary of the First World War that this story was partially brought to light



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 31-12-2024

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?