"Honorez-moi souvent de vos lettres ; servez-moi de guide dans le chemin de la vertu." : les fictions épistolaires de Marie Leprince de Beaumont

par Christina Melcher

Thèse de doctorat en Langues, Littératures et Civilisations

Sous la direction de Catriona Seth et de Rotraud von Kulessa.


  • Résumé

    En Europe au XVIIIe siècle, le roman épistolaire connaissait un grand succès. En France aussi, un grand nombre d'auteurs s'appuyait alors sur ce genre littéraire pour transmettre des idées philosophiques et souvent critiques envers la société de l'époque, à travers des lettres prétendument véritables, à un lectorat croissant.À l'époque, parmi les écrivains dont les œuvres étaient très appréciées par les lecteurs, un nombre non négligeable était composé de femmes. Parmi elles se trouvent par exemple Françoise de Graffigny avec les Lettres d'une Péruvienne ou bien Marie-Jeanne Riccoboni avec plusieurs romans épistolaires comme les Lettres de Fanny Butler.À partir du XIXe siècle, ces auteurs ont souvent été effacées de la mémoire culturelle et ont, pendant longtemps, été délaissées par la recherche littéraire. Parmi elles se trouve Marie Leprince de Beaumont, gouvernante catholique, qui était jusqu'au XIXe siècle surtout connue pour ses ouvrages sur l'éducation des enfants, des jeunes filles et des pauvres. Elle a pourtant publié une œuvre d'une variété étonnante : on y trouve des contes pour enfants, le Nouveau Magasin français, un des premiers journaux mensuels en français à avoir été dirigé par une femme, ainsi que plusieurs romans épistolaires.L'œuvre de cette femme auteur qui, quoique catholique et croyante, essaie de transmettre dans ses livres des perspectives sur les possibilités pour les femmes de mener une vie vertueuse et honnête dans une société imprégnée par la prédominance des hommes, ne fait l’objet de recherches littéraires approfondies que depuis peu de temps.Cette thèse vise à analyser et interpréter la tension entre un christianisme profond et le désir d'améliorer l'accès au savoir pour les femmes dans les romans de Maire Leprince de Beaumont, qui « [...] avait une prédilection affichée pour le genre épistolaire [...] » . Il s'agit d'abord de les placer dans leur contexte littéraire et historique et de situer ensuite l'idée de « l'éducation narrée » au centre des recherches : comment Leprince de Beaumont se sert-elle du genre épistolaire pour communiquer des idées philosophiques ainsi que des modèles de comportement au lecteur ?La thèse veut démontrer qu'au XVIIIe siècle, il était tout à fait possible de concilier le christianisme avec le souhait de faire progresser la société de l'époque en facilitant l'accès au savoir pour les femmes ; qu'être croyant ne voulait pas forcément dire repousser les idées novatrices et que Marie Leprince de Beaumont et son œuvre épistolaire méritent une place honorable parmi les auteurs des Lumières

  • Titre traduit

    "Honorez-moi souvent de vos lettres ; servez-moi de guide dans le chemin de la vertu." : Marie Leprince de Beaumont's epistolary fictions


  • Résumé

    In 18th century Europe, the epistolary novel was very popular. In France, a great number of authors used this literary genre to spread, across supposedly real letters, the philosophical, and often critical ideas on society (of the time) between a growing readership.At that time, a significant number of authors, whose works were very appreciated by the public, were (was?) female. Among them were for example Françoise de Graffigny with the Peruvian Letters or Marie-Jeanne Riccoboni with serveral epistolary novels like Fanny Butler’s Letters or Julie Catesby’s Letters.From the 19th century, these authors often disappeared from the cultural memory and have been neglected by literary research for a long time. Amongst them we can find Marie Leprince de Beaumont, a catholic governess, who was, in the 19th century primarily known for her educational works for children, young girls and poor people. However, she has published a surprisingly divers œuvre : it consists of fairy tales for children, the Nouveau Magasin français, one of the first monthly journals edited by a woman, a considerable correspondence and several epistolary novels.The work of this female author who, even though she was catholic and believing, tried to pass on in her books new perspectives on the possibilities women had to live a vertous and simple life in a society that was shaped by male predominance, is only recently in the center of enhanced literary research. This thesis wants to analyse an interpret this tension between a profound christianism and the desire to improve womens acces to knowledge and education in the fictions of Marie Leprince de Beaumont who « had a predilection for the epistolary genre ». We will first range the works in their literary and historical context and place then the idea of „narrated education“ in the center of our research: how does Marie Leprince de Beaumont employ the epistolary genre to communicate philosophical ideas and behavioral patterns to her readers ?This thesis wants to show that in the 18th century it was possible to reconcile christianism with the desire to help developping the society by facilitating women’s acces to education ; that believing in God didn’t obligatorily mean that one rejected new ideas and that Marie Leprince de Beaumont and her epistolary fictions deserve their place among the authors of the Enlightenment



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-01-2022

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.