Dynamiques territoriales des confins touristiques de nature : une lecture par les formes de développement en Patagonie chilienne

par Fabien Bourlon

Thèse de doctorat en Geographie

Sous la direction de Philippe Bourdeau.

Le président du jury était Isabelle Sacareau.

Le jury était composé de Pablo Szmulewicz, Pascal Mao.

Les rapporteurs étaient François de Grandpré, Frédéric Giraut.


  • Résumé

    Les dynamiques territoriales sont le résultat des jeux d'acteurs au sein d'un espace géographique déterminé. Les comprendre suppose de cerner les stratégies d'acteurs et leurs rapports au territoire. L'ancrage progressif d'un espace à la frontière de l'écoumène dans l'économie du tourisme induit des changements socio-spatiaux importants. Quelles logiques sociogéographiques caractérisent alors la mise en tourisme des confins de nature ? Les dynamiques des destinations touristiques sont abondamment étudiées, mais celles des confins de nature ne le sont pas. Lieux marginaux, périphériques ou frontaliers, ils sont omniprésents dans les imaginaires du voyage, car chargés d'altérité, et constituent des objets géographiques à part entière [partie I]. Dans un monde toujours plus urbanisé, les confins de nature les moins connus, qualifiés de Wilderness par les Anglo-saxons, attirent de plus en plus les touristes de toutes origines.L'analyse des spécificités physiques, des données statistiques et cartographiques des confins touristiques de nature montre la pertinence spatiale de la notion. L'interprétation des discours d'acteurs du tourisme de nature permet d'en préciser les attributs sociaux culturels et les imaginaires qui s'y rattachent. Les territoires de nature sont des construits sociaux, le produit d'une organisation culturelle singulière. Différentes représentations sociales, individuelles ou collectives, produisent des discours et des logiques d'acteurs. Il en résulte différentes formes de développements des espaces touristiques, qui sont étatiques, industrielles, traditionalistes, entrepreneuriales, écologiques, alternatives ou récréatives [partie II].L'apparition d'une forme dépend de conditions historiques et culturelles sur un territoire. Il est possible de les identifier sur un espace de nature grâce à l'analyse du discours des acteurs du tourisme et aux matérialités spatiales qui résultent de leurs actions. Les dynamiques à l'œuvre sur un territoire de pratiques récréatives sont tributaires des rapports qu'entretiennent des collectifs d'acteurs ayant des conceptions différenciées du développement. Des confrontations et des compromis entre des formes de développement touristique s'établissent dans le temps et dans l'espace [partie III]. Malgré des représentations de la nature et des justifications économiques distinctes, celles-ci peuvent s'unir face à une menace affectant leurs intérêts. C'est le cas, par exemple, lors des conflits environnementaux, autour de l'usage industriel des ressources hydriques. En revanche des politiques publiques voulant favoriser le développement économique du territoire tendent à n'appuyer qu'une forme de développement et attiser alors les affrontements idéologiques. L'analyse des projets publics et privés dans la région d'Aysén en Patagonie chilienne montre que les projets d'États favorisent de manière partiale certains acteurs du territoire. Seuls certains projets, tels que celui du tourisme scientifique, parviennent à fédérer les acteurs. Ceci est rendu possible par un processus de participation active à un projet territorialisé, culturel plus que commercial, basé sur le partage de connaissances et une spécification de la ressource touristique. L'action d'un animateur et médiateur, responsable de l'ingénierie territoriale, assure la mise en œuvre de l'initiative collective.Une lecture par les formes de développement touristique apparait comme particulièrement pertinente pour caractériser les systèmes émergents. L'étude des tensions à l'œuvre dans les confins de nature révèle des processus caractéristiques des sociétés contemporaines, le tourisme étant au cœur des contradictions de nos civilisations ancrées dans les métropoles.

  • Titre traduit

    Territorial dynamics of nature based touristic bordelands : an analysis through development forms in Chilean Patagonia


  • Résumé

    Territorial dynamics are the result of a games of actors within a given geographical area. Understanding them involves identifying the actors' strategies and their relationship to the territory. The gradual investment of at the frontier of civilization to the tourism economy induces significant socio-spatial changes. What are the socio-geographical logics that characterize the tourism transformation of the nature borderlands? The dynamics of tourism destinations are extensively studied but those of nature's borderlands are not. Marginal, peripheral or frontier places are strong in the traveler's imaginaries, they are exotic and constitute geographical objects of their own [part I]. In an ever more urbanized world, the lesser-known areas of nature, defined as Wilderness in the Anglo-Saxon culture, are attracting evermore tourists of all origins.The analysis of the physical particularities, statistical and cartographic data of Touristic Nature Borderland shows the spatial relevancy of the notion. A critical analysis of nature tourism actors' speeches shows their the social-cultural attributes and the imaginaries associated to them. Nature territories are social constructs, they result of a unique cultural organization. Different social representations, individual or collective, generate actor's speeches and actions. They build different Tourism Development Forms that have different logics; state, industrial, traditionalist, entrepreneurial, ecological, alternative or recreational [Part II].The appearance of a form depends on historical and cultural conditions of a territory. It is possible to identify them on a nature area by analyzing tourism actor's speeches and the spatial materiality which result from their actions. The dynamics at work in a recreational area are the result of the existing relationships between group of actors with different conceptions of development. Confrontations and agreements between Tourism Development Forms arise in time and space [part III]. Despite distinct representations of nature and economical justifications, they can unite against a threat to their interests. This is the case, for example, during environmental conflicts, around the industrial use of water resources. On the other hand, public policies wanting to promote the economic development of the territory tend to support only one form of development and thus favor ideological confrontations. The analysis of public and private projects in the region of Aysén in Chilean Patagonia, shows that these favor in partial manner certain actors of the territory. Only some projects, such as scientific tourism, manage to unite actors. This is made possible by empowering them trough a territorial project, cultural rather than commercial, based on the sharing of knowledges and the specification of the tourism resources. The work of a facilitator and mediator, in charge of territorial engineering, insures the collective initiative.A reading through the Tourism Development Forms proves particularly relevant for emerging systems. The study of the existing conflicts in Nature based Borderlands reveals processes that are characteristic of modern societies, tourism being at the heart of the contradictions of our civilization anchored in the metropolis.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de Documentation. LLSH Collections numériques.
  • Bibliothèque : Service interétablissements de Documentation. STM. Collections numériques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.