Devenir organiste. Anthropologie de l'apprentissage de l'orgue en France

par Marie Baltazar

Thèse de doctorat en Anthropologie sociale et historique

Sous la direction de Agnès Fine.

Le président du jury était Denis Laborde.

Le jury était composé de Nicolas Adell-Gombert, Luc Charles-Dominique, Véronique Moulinié, Claudine Vassas.


  • Résumé

    Qu’est-ce qu’être organiste ? Comment le devient-on et comment vit-on son métier de musicien dans la France contemporaine ? Telles sont les questions qui guident cette thèse sur l’apprentissage de l’orgue et sur les processus de construction de l’identité de ses musiciens au Conservatoire et dans les églises, l’orgue étant un instrument singulier dans la mesure où il a surtout été construit dans et pour des édifices religieux. Ce travail s’appuie sur une ethnographie menée entre 2003 et 2017 auprès d’organistes vivants aux quatre coins de la France mais rencontrés plus particulièrement lors de terrains effectués en Alsace et en Midi-Pyrénées. Il explore dans un premier temps les modalités de rencontre de l’instrument, ainsi que la manière de se définir et de se raconter aux travers des « récits d’origine » formulés par les organistes. En s’intéressant ensuite à leurs savoir-faire et à leurs modes d’acquisition, il montre comment l’apprentissage opère la nécessaire et délicate transformation de l’apprenti-organiste en musicien accompli. Enfin, cette thèse cherche à comprendre ce qu’implique, pour un musicien, d’avoir à jouer dans les églises. Le recours à l’histoire permet de montrer l’évolution de la pratique instrumentale comme des métiers de l’orgue liée à la sécularisation de la société ainsi qu’à la patrimonialisation de l’instrument ouvrant, ces dernières décennies, largement aux femmes l’accès à un instrument marqué par le masculin.

  • Titre traduit

    Become an organist


  • Résumé

    What does it mean to be an organist ? How does one become one and how do you live your music profession in contemporary France? These are the questions that guide this thesis on learning to play the organ and the process of building the identity of its musicians at the Conservatoire and in the churches, the organ being a singular instrument as it has mainly been built in and for religious buildings. This work is based on an ethnography carried out from 2003 to 2017 with living organists all over France but encountered more particularly during the field studies in Alsace and Midi-Pyrénées. It first explores the ways of coming into contact with the instrument and how to define and portraying oneself through the "origin stories" formulated by the organists. Then, by focusing on their know-how and their modes of acquisition, he shows how learning operates the necessary and delicate transformation of the apprentice organist into an accomplished musician. Finally, this thesis seeks to understand what it implies for a musician to have to play in churches. The use of history enables to show the evolution of instrumental practice and of organ-related trades related to the secularization of society as well as the patrimonialization of the instrument opening, in recent decades, access to women to an instrument marked by the masculine.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.