Instruments, pratiques et enjeux d’une recherche numériquement équipée en sciences humaines et sociales

par Jean-Édouard Bigot

Thèse de doctorat en Sciences de l'Information et de la Communication : Unité de recherche COSTECH (EA-2223)

Sous la direction de Virginie Julliard et de Serge Bouchardon.

Soutenue le 06-07-2018

à Compiègne , dans le cadre de École doctorale 71, Sciences pour l'ingénieur (Compiègne) .


  • Résumé

    Progressivement, les technologies numériques prennent une place plus importante dans la recherche sur les phénomènes socioculturels. Des projets d’équipement se développent dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales (SHS) et des mouvements prônant une révolution instrumentale se multiplient. Cette thèse en sciences de l’information et de la communication propose d’interroger l’avènement d’une recherche « numériquement équipée » en SHS à partir d’une réflexion générale sur les liens entre sciences, technique et écriture. Quels sont les enjeux épistémologiques, mais aussi politiques, sous-jacents à ces logiques d’instrumentation numérique en tant qu’elles instituent de nouvelles techniques d’écriture au cœur des pratiques de recherche ? Le mémoire présente un parcours en trois grandes parties. La première partie inscrit la recherche dans une pensée des rapports fondamentaux entre instruments techniques et connaissance scientifique. Il s’agit également de reconnaître les spécificités d’une approche « communicationnelle » de l’instrumentation scientifique, et en particulier de l’instrumentation numérique. La deuxième partie propose une exploration critique des discours d’escorte qui accompagnent ces transformations en s’appuyant sur les projets émanant de deux courants majeurs du domaine de la recherche numériquement équipée en SHS : les « humanités numériques » et les « méthodes numériques ». Quelles sont les promesses portées par ces mouvements ? Quels imaginaires, quelles représentations de la science et du numérique ces projets de « renouvellement » de la recherche par le numérique abritent-ils, mais aussi à quels « obstacles » se heurtent-ils ? À partir de la théorie des médias informatisés et de l’écriture numérique, et sur la base d’une démarche d’analyse techno-sémiotique, la troisième partie interroge les formes et les pouvoirs de la médiation instrumentale numérique. Sur un plan morphologique et praxéologique, en quoi consiste la conception et la mise en œuvre de tels instruments ? Sur un plan plus politique, quels sont les effets « normatifs » de ces dispositifs instrumentaux sur l’épistémologie des disciplines qui s’en saisissent ?

  • Titre traduit

    Instruments, practices and issues of digitally equipped research in the humanities and social sciences


  • Résumé

    Gradually, digital technologies are becoming more important in research on sociocultural phenomena. Equipment projects are developing in all the social sciences and the humanities (SSH) and movements advocating an instrumental revolution are multiplying. This thesis proposes to question the advent of a digitally equipped research in the SSH on the basis of a general reflection on the links between science, technology and writing. What are the epistemological and political issues that underlie these digital instrumentation logics as they institute new writing techniques at the heart of research practices? The thesis is composed of three main parts. The first part questions the fundamental relationships between technical instruments and scientific knowledge. It is also about estimating the specificities of a communication approach to scientific instrumentation. The second part proposes a critical exploration of the discourses that accompany these transformations by focusing on projects from two major currents in the field of digitally equipped research in the SSH: the "digital humanities" and the "digital methods". What promises, what "imaginaires", what representations of science do these research practices renewal projects by digital technology contain? But also what "epistemological obstacles" do they encounter? Based on a theory of digital writing, and on a techno-semiotic analysis approach, the thir part questions the forms and powers of the digital instrumentation. On a morphological level, what do the design and implementation of such instruments consist of? On a political level, what are the normative effects of these "dispositifs" on the epistemology of the disciplines that seize them?


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Technologie de Compiègne. Service Commun de la Documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.