Littérature engagée : Une nouvelle perspective sur la guerre civile au Nigéria (1967-1970)

par Odile Goubali Talon

Thèse de doctorat en Etudes anglophones - Cergy

Sous la direction de Michel Naumann.

Soutenue le 19-01-2018

à Cergy-Pontoise , dans le cadre de École doctorale de droit et sciences humaines (Cergy-Pontoise, Val-d'Oise) , en partenariat avec Laboratoire Civilisation, identités culturelles, textes et francophonies (Cergy, Val-d'Oise) (laboratoire) et de Laboratoire AGORA / AGORA (laboratoire) .

Le président du jury était Benaouda Lebdaï.

Le jury était composé de Michel Naumann.

Les rapporteurs étaient Nathalie Merrien, Françoise Ugochukwu.


  • Résumé

    Le thème de la guerre civile au Nigéria de 1967 à 1970, aussi appelée guerre du Biafra reste un thème majeur de la littérature nigériane. Les évènements qui ont amené au conflit au lendemain de l’indépendance du pays montrent une période post-coloniale encore marquée par les maux de la construction nationale des anciennes colonies que sont le régionalisme, la religion et le problème ethnique. La fin du conflit en 1970 inaugure une ère de mutation des problèmes d’avant la guerre qui perdurent avec la succession des différents régimes au pouvoir. De plus, le conflit devient un sujet tabou à effacer des mémoires autant que de la mémoire collective nigeriane.Après la première vague des écrivains à majorité Igbo qui ont écrit sur le conflit, tels que Chukwuemeka Ike avec Sunset at Dawn (1979), Buchi Emecheta (1983), Chimamanda Ngozi Adichie reprend le thème de cette guerre sans apologie. Cette nouvelle façon d’écrire le sujet de la guerre du Biafra se veut thérapeutique et réconciliatrice.Ce travail analyse le traitement de la guerre du Biafra à travers le prisme de la Déesse Mammy Water, divinité de la cosmologie Igbo. Chimamanda Ngozi Adichie appartient à la communauté Igbo.

  • Titre traduit

    Committed Writing : A New Perspective On The Nigerian Civl War (1967-1970)


  • Résumé

    The theme of the Nigerian civil war which lasted from 1967 to 1970, also called the Biafra war remains one of the major theme of the nigerian literature. The events that led to the war after the country’s independance point to a post-colonial period where national building is still worked up on along ethnic and religious lines. In 1970, the end of the conflict starts a new era still affected by all the issues that led to the war still visible in the different regimes leading the federation. Moreover, the conflict became a taboo topic that needed to be erased from individual as well as the nigerian collective memory.After the first wave of writers mainly from Igbo descent who wrote about the war such as Chukwuemeka Ike with Sunset at Dawn (1979), Buchi Emecheta (1983), Chimamanda Ngozi Adichie takes up the theme of the war unapologetically. Her way of writing the war ultimately wants to be the therapeutical and inclusive for all nigerians.This study analyzes the Biafran war through the prism of Mammy Water, the water goddess in the Igbo cosmology. Chimamanda Ngozi Adichie belongs to the Igbo community.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Cergy-Pontoise. Service commune de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.