apprentissage de séquences et extraction de règles de réseaux récurrents : application au traçage de schémas techniques.

par Ikram Chraibi Kaadoud

Thèse de doctorat en Informatique

Sous la direction de Frédéric Alexandre et de Nicolas Rougier.

Soutenue le 02-03-2018

à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale de mathématiques et informatique (Talence, Gironde) , en partenariat avec Institut national de recherche en informatique et en automatique (France). Centre de recherche Bordeaux - Sud-Ouest (équipe de recherche) et de Inria Bordeaux - Sud-Ouest (laboratoire) .

Le président du jury était Hélène Sauzéon.

Le jury était composé de Anke M. Brock, Hervé Frezza-Buet.

Les rapporteurs étaient Michel Paindavoine, Arnaud Revel.


  • Résumé

    Deux aspects importants de la connaissance qu'un individu a pu acquérir par ses expériences correspondent à la mémoire sémantique (celle des connaissances explicites, comme par exemple l'apprentissage de concepts et de catégories décrivant les objets du monde) et la mémoire procédurale (connaissances relatives à l'apprentissage de règles ou de la syntaxe). Cette "mémoire syntaxique" se construit à partir de l'expérience et notamment de l'observation de séquences, suites d'objets dont l'organisation séquentielle obéit à des règles syntaxiques. Elle doit pouvoir être utilisée ultérieurement pour générer des séquences valides, c'est-à-dire respectant ces règles. Cette production de séquences valides peut se faire de façon explicite, c'est-à-dire en évoquant les règles sous-jacentes, ou de façon implicite, quand l'apprentissage a permis de capturer le principe d'organisation des séquences sans recours explicite aux règles. Bien que plus rapide, plus robuste et moins couteux en termes de charge cognitive que le raisonnement explicite, le processus implicite a pour inconvénient de ne pas donner accès aux règles et de ce fait, de devenir moins flexible et moins explicable. Ces mécanismes mnésiques s'appliquent aussi à l'expertise métier : la capitalisation des connaissances pour toute entreprise est un enjeu majeur et concerne aussi bien celles explicites que celles implicites. Au début, l'expert réalise un choix pour suivre explicitement les règles du métier. Mais ensuite, à force de répétition, le choix se fait automatiquement, sans évocation explicite des règles sous-jacentes. Ce changement d'encodage des règles chez un individu en général et particulièrement chez un expert métier peut se révéler problématique lorsqu'il faut expliquer ou transmettre ses connaissances. Si les concepts métiers peuvent être formalisés, il en va en général de tout autre façon pour l'expertise. Dans nos travaux, nous avons souhaité nous pencher sur les séquences de composants électriques et notamment la problématique d’extraction des règles cachées dans ces séquences, aspect important de l’extraction de l’expertise métier à partir des schémas techniques. Nous nous plaçons dans le domaine connexionniste, et nous avons en particulier considéré des modèles neuronaux capables de traiter des séquences. Nous avons implémenté deux réseaux de neurones récurrents : le modèle de Elman et un modèle doté d’unités LSTM (Long Short Term Memory). Nous avons évalué ces deux modèles sur différentes grammaires artificielles (grammaire de Reber et ses variations) au niveau de l’apprentissage, de leurs capacités de généralisation de celui-ci et leur gestion de dépendances séquentielles. Finalement, nous avons aussi montré qu’il était possible d’extraire les règles encodées (issues des séquences) dans le réseau récurrent doté de LSTM, sous la forme d’automate. Le domaine électrique est particulièrement pertinent pour cette problématique car il est plus contraint avec une combinatoire plus réduite que la planification de tâches dans des cas plus généraux comme la navigation par exemple, qui pourrait constituer une perspective de ce travail.

  • Titre traduit

    sequence learning and rules extraction from recurrent neural networks : application to the drawing of technical diagrams


  • Résumé

    There are two important aspects of the knowledge that an individual acquires through experience. One corresponds to the semantic memory (explicit knowledge, such as the learning of concepts and categories describing the objects of the world) and the other, the procedural or syntactic memory (knowledge relating to the learning of rules or syntax). This "syntactic memory" is built from experience and particularly from the observation of sequences of objects whose organization obeys syntactic rules.It must have the capability to aid recognizing as well as generating valid sequences in the future, i.e., sequences respecting the learnt rules. This production of valid sequences can be done either in an explicit way, that is, by evoking the underlying rules, or implicitly, when the learning phase has made it possible to capture the principle of organization of the sequences without explicit recourse to the rules. Although the latter is faster, more robust and less expensive in terms of cognitive load as compared to explicit reasoning, the implicit process has the disadvantage of not giving access to the rules and thus becoming less flexible and less explicable. These mnemonic mechanisms can also be applied to business expertise. The capitalization of information and knowledge in general, for any company is a major issue and concerns both the explicit and implicit knowledge. At first, the expert makes a choice to explicitly follow the rules of the trade. But then, by dint of repetition, the choice is made automatically, without explicit evocation of the underlying rules. This change in encoding rules in an individual in general and particularly in a business expert can be problematic when it is necessary to explain or transmit his or her knowledge. Indeed, if the business concepts can be formalized, it is usually in any other way for the expertise which is more difficult to extract and transmit.In our work, we endeavor to observe sequences of electrical components and in particular the problem of extracting rules hidden in these sequences, which are an important aspect of the extraction of business expertise from technical drawings. We place ourselves in the connectionist domain, and we have particularly considered neuronal models capable of processing sequences. We implemented two recurrent neural networks: the Elman model and a model with LSTM (Long Short Term Memory) units. We have evaluated these two models on different artificial grammars (Reber's grammar and its variations) in terms of learning, their generalization abilities and their management of sequential dependencies. Finally, we have also shown that it is possible to extract the encoded rules (from the sequences) in the recurrent network with LSTM units, in the form of an automaton. The electrical domain is particularly relevant for this problem. It is more constrained with a limited combinatorics than the planning of tasks in general cases like navigation for example, which could constitute a perspective of this work.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.