Syntactic structure and modal interpretation : the case of Basque "behar"

par Irene Balza

Thèse de doctorat en Études basques

Sous la direction de Ricardo Etxepare et de Myriam Uribe-Etxebarria.

Le président du jury était Xabier Artiagoitia.

Le jury était composé de Urtzi Etxeberria, Céline Mounole.

Les rapporteurs étaient María J. Arche, Bill Haddican.

  • Titre traduit

    Structure syntaxique et interprétation modale : le cas du modal de nécessité "behar" du basque


  • Résumé

    Cette thèse est une investigation de la structure syntaxique et de l'interprétation modale des phrases impliquant le modal dénominal de nécessité behar ‘devoir, falloir, avoir besoin’ et un complément infinitif. La thèse analyse le statut syntaxique des compléments non finis du verbe modal denominal behar en examinant leur interaction avec des phénomènes syntaxiques sensibles à des conditions structurelles et de localité diverses, et conclut que les compléments d’infinitif de behar peuvent correspondre à différentes structures sous-jacentes. Le type d'infinitif le plus complexe du point de vue structurel est un infinitif non-restructurant qui projette une architecture de phrase complète (c.-à-d. une CP), et le plus petit est un infinitif réduit de restructuration qui projette une structure de phrase de niveau vP. Il y a des preuves pour l'existence des types intermédiaires projetant jusqu'au domaine flexionnel (IP / TP). D'autre part, la thèse examine les propriétés thématiques et de portée des sujets dans chacun des différents types structurels et l'interprétation modale à laquelle elles donnent cours. Sur la base de cette analyse, la thèse soutient que l'interprétation modale n'est déterminée par aucun facteur en particulier (la présence de la restructuration, le statut référentiel du sujet et sa portée relative vis-à-vis du prédicat modal, parmi d'autres fréquemment mentionnés), mais dépend de l'effet cumulatif de plusieurs facteurs travaillant ensemble. La thèse montre également la nécessité d'adopter une vision plus fine de la modalité radicale (root modality), qui permet une association plus simple entre structures syntaxiques et significations modales.


  • Résumé

    This dissertation is an investigation of the syntactic structure and modal interpretation of clauses involving the denominal necessity predicate behar ‘need’ and an infinitival complement. On the one hand, it analyses the syntactic status of non-finite complements of denominal behar by examining their interaction with syntactic phenomena sensitive to different structural and locality conditions, and concludes that the infinitival complements of behar can correspond to different underlying structures. The largest type of infinitive is a non-restructuring infinitive that projects a full clausal architecture (i.e. a CP), and the smallest one is a reduced restructuring infinitive that projects up to vP. There is evidence for intermediate types projecting up to the inflectional domain (IP/TP). On the other hand, the dissertation examines the thematic and scope properties of the subjects in each of the different structural types and the modal interpretation that they can give rise to. On the basis of this analysis it is argued that modal interpretation is not constrained by any single factor (the presence of restructuring, the referential status of the subject and its relative scope vis-à-vis the modal predicate, among other frequently mentioned ones), but depends on the cumulative effect of several factors working together. The dissertation also shows the necessity of adopting a more fine-grained view of root modality, one that allows a simpler mapping of syntactic structures into modal meanings.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.