Généalogie féminine et réécriture des mythes dans les littératures française et polonaise contemporaines

par Agnieszka Stobierska

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Sylvie Ballestra-Puech.

Le président du jury était Odile Gannier.

Le jury était composé de Odile Gannier, Anne Tomiche, Philippe Marty.

Les rapporteurs étaient Anne Tomiche.


  • Résumé

    Notre travail se penche sur la réécriture de quelques mythes du point de vue féminin afin de proposer une (re)construction de la généalogie des femmes. Quelles sont les figures représentatives du couple mère/fille, et comment se construisent-elles ? Dans quels mouvements s’inscrivent les reprises des mythes classiques ? Faut-il détourner les mythes créés par les hommes afin de parvenir à une nouvelle généalogie féminine ? Ce travail relève d’une double approche comparatiste, il propose tout d’abord l’analyse des figures archétypales mères-filles dans une perspective mythocritique, puis sur un plan culturel et linguistique, rapprochant des textes de la littérature française et polonaise. Ainsi, les figures bibliques d’Ève et Marie s’unissent aux représentations des mythologies païennes, telles Déméter et Perséphone, Iphigénie et Clytemnestre, ou enfin Médée. Ces figures anciennes de la maternité reviennent en force, revisitées par des écrivaines françaises et polonaises contemporaines, et ce pour redéfinir la perception du couple mère/fille. Les œuvres analysées sont nombreuses, d’Hélène Cixous à Christine Angot pour le corpus français. Quant aux textes polonais, c’est pour le lecteur français toute une littérature à découvrir qui est présentée, explorée et analysée. Nous nous intéressons à des auteures polonaises qui ont contribué à la naissance d’une écriture féminine plus intime après 1989. Nous attribuons une place considérable à la traduction des extraits des textes étudiés, ceci dans l’optique d’une traduction complète ultérieurement. Malgré les contextes socio-culturels différents dans lesquels évoluent les deux littératures, un véritable dialogue s’établit au niveau des paradigmes mythiques exploités. Ce rapprochement permet d’envisager une certaine universalité inscrite dans les mythes anciens évoquant les figures de la maternité. Il s’agit in fine d’une quête commune des femmes à la recherche d’une histoire pour la refondation d’une nouvelle généalogie.

  • Titre traduit

    Female genealogy and rewriting of myths in contemporary French and Polish literature


  • Résumé

    This dissertation examines the rewriting of some myths from the female point of view in order to propose a (re)construction of women's genealogy. What are the representative figures of the mother/daughter relationship, and how are they constructed? In which movements do the rewritings of classical myths fit? Should the myths created by men be diverted in order to achieve a new female genealogy? This work is based on a double comparative approach ; first, it proposes an analysis of archetypal mother-daughter figures in a mythocritical perspective ; second, it brings together texts from French and Polish literature on cultural and linguistic levels. Thus, the biblical figures of Eve and Mary are compared with representations of pagan mythologies, such as Demeter and Persephone, Iphigenia and Clytemnestra, or finally Medea. These ancient figures of maternity return in force, revisited by contemporary French and Polish writers, to redefine the perception of the mother/daughter relationship. The works analyzed are numerous; for the French corpus, they range from Hélène Cixous to Christine Angot, and for the Polish texts, this dissertation focuses on women’s literature after 1989, when a more intimate literature emerged. These texts will be presented and analyzed so that the French reader can usefully discover them in tandem with the French texts. Considerable importance is given to the translation of extracts from these texts, in view of a complete translation later on. Despite the different socio-cultural contexts in which the two literatures have evolved, a real dialogue is established at the level of mythical paradigms. This rapprochement makes possible to imagine a universality inscribed in the ancient myths evoking the figures of motherhood. It is ultimately a common quest of women searching for a history in order to find foundations for a new genealogy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Nice Sophia Antipolis. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.