La papauté et le pouvoir politique dans l'Italie de la Renaissance

par Meghann Fernandez

Thèse de doctorat en Histoire du droit

Sous la direction de Éric Gasparini.

Le président du jury était Jean-Philippe Agresti.

Le jury était composé de Jean-Philippe Agresti, Stéphanie Blot-Maccagnan, Ugo Bellagamba, Caroline Regad-Albertin.

Les rapporteurs étaient Stéphanie Blot-Maccagnan, Ugo Bellagamba.


  • Résumé

    Italie phare selon les mots de Jacques Le Goff, Italie proie durant les invasions étrangères ou simple « expression géographique » selon le prince de Metternich, l’Italie a depuis son premier souffle offert à l’histoire du monde de nombreux visages. A ce titre, elle fait figure de véritable étrangeté dans le paysage européen actuel. Une Italie politique et religieuse dans une Europe intensément laïque. Une toute jeune nation au milieu de patries millénaires. Un pays où, encore aujourd’hui, politique et religion marchent main dans la main. Où les consciences s’éveillent à la messe comme dans l’isoloir. Un pays où l’humain cherche désespérément à toucher du doigt le divin. Où le divin lui-même devient humain en la personne des successeurs de Saint-Pierre, pendants aussi appréciés que redoutés des dirigeants temporels italiques. Or, si l’Italie occupe une telle place pour notre humanité, c’est avant tout du fait de la dichotomie qui l’a toujours habitée. Âme guerrière et conquérante autant qu’émanation sanctifiée de la religion catholique, elle est la terre qu’humain et divin se sont disputés pendant des décennies. Et c’est à la Renaissance que ce combat atteint son apex. Car temporel et spirituel furent animés d’une même tension créatrice dans leur âpreté à « faire l’Italie » et leurs affrontements incessants allaient façonner l’essence même de l’Italie d’aujourd’hui, lui donnant ce caractère bicéphale qui est probablement l’un des aspects les plus constitutifs de l’identité italienne actuelle. Et lui confère une spécificité sans pareille en Europe

  • Titre traduit

    Papacy and politic powers in the Renaissance Italy


  • Résumé

    Italy lighthouse according to Jacques Goff’s words, Italy prey during the French and Spanish invasions ou simple « geographic expression » according to the prince of Metternich ; Italy has since her very first breath given the world history many visages. As such, Italy is a true strangeness in our modern European landscape, deeply proud of still exposing today the two side of her personnality. A politic and religious Italy in a very secular Europe. A very young nation among millenial homelands. A country transcended by its stormy story, by its intrinsic fragilities. A country where today, politic and religious are walking together. Where the minds awakes during the mass or in the voting booth. A country where human is begging for divine. Where divine himself becomes human in the sanctified person of St-Peters’s successors, equivalent as appreciated as feared of Italic secular leaders. And whose power exceeds the Vatican confines to radiate in the whole world, making Italy a real beacon illuminating the whole planet. Or, if Italy occupies such a place in our humanity, it is because of the dichotomy who always inhabited it. Warrior soul and hallowed emanation of catholicity, Italy is the place that human and divine have fought about during centuries. And this quarrel reaches its climax during the Renaissance era. Where temporal and spiritual power were also guided by a same creative strenght in their acerbity to do Italy et their ceaseless quarrels were going to shape the very soul of modern Italy, giving her this two-headed dimension which is likely the most constituent aspect of Italian identity. And gives this Nation an unparalleled specificity in Europe

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.