Dynamisme et caractère identitaires des patrimoines musicaux Nzakara et Yakoma (République Centrafricaine)

par Gilbert Migakini-Laï

Thèse de doctorat en Anthropologie

Sous la direction de Jacky Bouju.

Le président du jury était Mirjam De Bruijn.

Le jury était composé de Olivier Kyburz, Olivier Tourny, Marc Chemillier.

Les rapporteurs étaient Rémy Bazenguissa.


  • Résumé

    Les Nzakara et les Yakoma vivent dans la même région du sud-est de la République Centrafricaine et partagent des origines communes selon les récits mythiques. Leurs patrimoines musicaux véhiculent leurs particularités culturelles qui se répercutent sur les pratiques musicales. On observe que la forêt et le fleuve jouent un rôle très différent dans leur construction identitaire. La forêt favorise la fermeture et le fleuve, l’ouverture. Les Nzakara ont un mode de vie lié à la forêt qui constitue leur principale source d’inspiration musicale ; ils sont plutôt conservateurs et ne sont pas prêts à se détacher de leurs sources tout en ignorant les réalités du monde en pleine mutation. Cette société précoloniale était fortement hiérarchisée. La musique tenue dans la plupart des cas par les poètes était très liée à l’ancienne organisation sociopolitique de la dynastie Bandia. Les Yakoma, en revanche, ont un mode de vie qu’il est convenu d’appeler « civilisation de la rivière » et qui constitue également leur source d’inspiration musicale ; ils sont plutôt ouverts et s’adaptent plus facilement aux changements. Aujourd’hui la musique se retrouve de plus en plus dans les églises majoritairement fréquentées par ce peuple. Leur société n’est pas hiérarchisée. L’arrivée des colons avec leurs corollaires, les missionnaires catholiques et protestants, s’est traduite par une lutte virulente contre les symboles religieux, les pratiques musicales et les instruments de musique. Cette situation a plongé les Nzakara dans un état de désenchantement et les a conduit à un abandon général de leurs pratiques culturelles.

  • Titre traduit

    .


  • Résumé

    The Nzakara and Yakoma people live in the southeast of the Central African Republic and according to mythical accounts share common origins. Their musical heritages convey their cultural specificities which resonnate in their musical practices. Within their identity construction processes, it is possible to identify very different roles played by the forest and the river: the forest promotes closure and the river, opening.The Nzakara way of live is linked with the forest, which constitutes their main musical source of inspiration. They tend to be conservative, are not ready to move away from their sources, unaware of the realities of the fast-changing world. This pre-colonial society was strongly hierarchical. The music used in most cases by the poets is closely linked to the sociopolitical organization of the dynasty Bandia. The Yakoma way of live, conversely, is usually described as the "civilization of the river", which also constitutes their musical source of inspiration. They tend to be more open and adapt more easily to social changes. Their society is not organized hierarchically.The arrival of the colonists accompanied by Catholic and Protestant missionaries resulted in a virulent struggle against their religious symbols, musical practices and the musical instruments. This situation destabilized and disillusioned the Nzakara, leading them to abandon their cultural practices.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.