La musique du fond des choses : destruction, savoir et création dans les écrits de Louis-Ferdinand Céline

par Rémi Wallon

Thèse de doctorat en Langues et littératures françaises. Histoire et sémiologie du texte et de l'image

Sous la direction de Dominique Rabaté.

Le président du jury était Carine Trévisan.

Le jury était composé de Dominique Rabaté, Carine Trévisan, Suzanne Lafont, Philippe Roussin.

Les rapporteurs étaient Suzanne Lafont, Philippe Roussin.


  • Résumé

    Cette thèse étudie les liens qui s'établissent entre destruction, savoir et création dans l'ensemble des écrits de Céline (romans, pamphlets, écrits de jeunesse, correspondance) pour montrer comment la création y est conçue comme l'expression d'une vérité fuyante et brutale destinée à échapper aux supposés savants. On comprend mieux les évolutions du désir de « connaître et savoir » manifesté dès 1912 et les voies qu'empruntent progressivement les recherches littéraires de Céline en comparant ses écrits à un certain nombre de textes parfois méconnus dont ils se nourrissent : la revue Le Correspondant pendant son séjour en Afrique, les articles du metteur en scène Charles Dullin au moment de la rédaction de Voyage au bout de la nuit, les ouvrages de l'historien de l'art Élie Faure dans les années trente, puis, après la seconde guerre mondiale, des textes qui datent de la Belle-Époque, qu'il s'agisse de vieux numéros de la Revue des Deux Mondes ou d'ouvrages du philosophe Théodule Ribot. La comparaison des écrits de Céline avec ces textes très divers permet de voir que l'écrivain y découvre un certain nombre d'idées qu'il fait siennes, transforme ou renverse pour faire du savoir presque absolu qu'il revendique souvent une arme littéraire destinée à le faire triompher de ceux qu'il considère comme des usurpateurs ou de faux savants – au premier rang desquels se trouvent ses contemporains, qu'ils soient simples lecteurs, médecins, critiques littéraires ou écrivains

  • Titre traduit

    The music from deep inside of things : destruction, knowledge and creation in the writings of Louis-Ferdinand Céline


  • Résumé

    This dissertation focuses on the links between destruction, knowledge and creation in all of Céline's writings (novels, lampoons, early writings, letters), in which knowledge is often depicted as the expression of an elusive and brutal truth so-called scholars are unable to find. It is easier to understand the evolution of this absolute desire to know, expressed by Céline very early on, and to examine his literary innovations when we compare his books to several texts, sometimes little-known, that he was a great reader of : the review Le Correspondant that he used to read during his stay in Africa, the articles of the director Charles Dullin when he was writing Journey to the End of the Night, the books of the art historian Élie Faure in the 1930s, and, after World War II, texts that are typical of the Belle-Époque, such as old issues of the Revue des Deux Mondes or the works of the philosopher Théodule Ribot. The comparison between Céline's writings and these very diverse sources shows where Céline discovers and how he appropriates, transforms or reverses many of the ideas he uses in his books, in which he often tries to make a literary weapon out of this one-of-a-kind knowledge he claims to possess

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.