Devenir médecin militaire : Quels enjeux psychiques et psychopathologiques ? : Un état des lieux de la santé mentale d'une population d'étudiants en médecine militaires

par Florence Robin

Thèse de doctorat en Psychologie. Recherche en psychopathologie et psychanalyse

Sous la direction de Fethi Benslama.

Le président du jury était Alain Vanier.

Le jury était composé de Fethi Benslama, Alain Vanier, Marie-Odile Krebs, Thierry Baubet, Franck de Montleau.

Les rapporteurs étaient Marie-Odile Krebs, Thierry Baubet.


  • Résumé

    L’objectif principal de cette étude était de réaliser une perspective globale de la santé mentale d’une population d’étudiants en médecine militaires, sur des années ciblées du cursus en déterminant la part de l’épuisement professionnel dans les symptômes rencontrés. Les objectifs secondaires étaient de proposer une compréhension intégrative et interdisciplinaire des problématiques psychiques, de mettre en évidence des facteurs de risque individuels, collectifs et situationnels favorisant l’apparition éventuelle de troubles psychiques, d’identifier des points de soutien institutionnels existants ou à développer.Une méthodologie mixte associant étude quantitative et qualitative était utilisée. Il s'agit d'une étude transversale répétée quantitative et descriptive par un questionnaire auto-administré anonyme. L’épuisement professionnel était évalué par le MBI- GS pour les étudiants de 1ère et de 2ème année, par le MBI-HSS pour les étudiants de 4ème et de 8ème année. 393 auto-questionnaires ont été distribués, 327 ont été recueillis et 261 ont été analysés, soit un taux de réponse global de 83,20%. La moyenne d’âge de la population était de 21, 5 ans, 46% étaient des hommes, 54% étaient des femmes ; 35,6% étaient en première année d’étude, 14,9% étaient en deuxième année, 23,8% étaient en quatrième année, enfin 25,7% étaient des internes en 8° année d’études ; parmi les internes, 82,1% étaient en médecine générale et 17,9% étaient internes de spécialité hospitalière. Ces scores correspondaient à un pourcentage global des étudiants présentant un fort épuisement émotionnel de 12,3% ; 25,3% exprimaient une forte dépersonnalisation et 18,6% un faible accomplissement personnel. Le pourcentage d’internes présentant un fort épuisement émotionnel était de 35,7% ; 38,0% exprimaient une forte dépersonnalisation et 37,1% un faible accomplissement personnel ; L’étude montrait que les scores médians d’épuisement émotionnel et de dépersonnalisation s’aggravaient au cours des études de manière significative (p <0,001) ; les scores médians d’accomplissement personnel restaient modérés de la première à la huitième année, n’augmentant pas en fin de parcours universitaire ; 9,8% des élèves de 4ème année et 21,2% des élèves de 8ème année présentaient des pensées de mort pour eux-mêmes ou avaient réalisé une tentative de suicide.L’étude qualitative par théorisation ancrée montrait que devenir médecin militaire implique des antécédents personnels marqués par l’idéal et l’identification ; il s’agit d’être à la fois d’être médecin mais aussi militaire dans une temporalité contrainte marquée par l’apprentissage parfois inadapté de la connaissance scientifique médicale et d’un éthos militaire, où l’influence des groupes est fondamentale ; les tensions entre savoir et pouvoir sont marquées, surtout dans la violence de la confrontation à la mort. Le ressenti variait entre les hommes et les femmes mais l’association des normes et des injonctions militaires au mode de vie médical entrainait pour une globalité des sentiments négatifs d’anxiété, de solitude et d’incertitude majeure envers l’avenir. Différentes stratégies de prévention et de prise en charge sont proposées.

  • Titre traduit

    Becoming a military medical doctor : what psychological and psychopathological issues ? : An overview of the mental health in a population of military medical students


  • Résumé

    The main objective of this study was to achieve a global mental health perspective in a population of military medical students, over targeted years of the curriculum by determining the extent of burnout. The secondary objectives were to propose an interdisciplinary understanding of psychic problems, to highlight individual, collective and situational risk factors favoring the possible appearance of psychic disorders, to identify institutional support points or to developed ones.A mixed methodology combining quantitative and qualitative study was used. This is a cross-sectional study repeated quantitatively and descriptively by an anonymous self-administered questionnaire. Professional burnout was assessed by the MBI-GS for 1st and 2nd year students, by the MBI-HSS for students in the 4th and 8th years.393 self-questionnaires were distributed, 327 were collected and 261 were analyzed, an overall response rate of 83.20%. The average age of the population was 21. 5 years, 46% were men, 54% were women; 35.6% were in the first year of study, 14.9% were in the second year, 23.8% were in the fourth year, and 25.7% were residents in the eighth year. Among the residents, 82.1% were general practitioners and 17.9% were specialty hospital residents. These scores corresponded to an overall percentage of students with a high emotional exhaustion of 12.3%. 25.3% expressed a strong depersonalization and 18.6% a low personal achievement. The percentage of residents with high emotional exhaustion was 35.7%; 38.0% expressed a strong depersonalization and 37.1% a low personal achievement. The study showed that median scores of emotional exhaustion and depersonalization was worsening significantly (p < 0.001). The median personal achievement scores remained moderate from the first to the 8th grade, not increasing at the end of the university; 9.8% of 4th year and 21.2% of 8th year students had suicidal ideation or made a suicide attempt.The qualitative study by grounded theory showed that becoming a military doctor implies personal antecedents marked by ideal and identification. It is a matter of being both a doctor and a military in a constrained temporality marked by the sometimes inadequate learning of medical scientific knowledge and a military ethos where the influence of groups is fundamental. The tensions between knowledge and power are marked, especially in the violence of confrontation with death. Feelings varied between men and women, but the association of military norms and injunctions with the medical lifestyle leads to an overall negative feeling of anxiety, loneliness and major uncertainty about the future. Different strategies for prevention and medical management are proposed

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.