Le rôle de la pleine conscience dans l'accompagnement de patients obèses : quand, pourquoi et comment intervenir ?

par Alexis Ruffault

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Cécile Flahault.

Soutenue le 17-10-2017

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Cognition, comportements, conduites humaines (Boulogne-Billancourt) , en partenariat avec Université Paris Descartes (1970-2019) (établissement de préparation) et de Laboratoire de Psychopathologie et Processus de Santé / LPPS - EA 4057 (laboratoire) .


  • Résumé

    Le vécu d'événements traumatiques est associé à l'obésité adulte, et cette association s'expliquerait par l'apparition de troubles alimentaire. D’autre part, il semblerait que l’exposition à une expérience traumatique soit associée à des déficits dans la régulation des émotions, eux-mêmes associés à une prévalence plus élevée de troubles alimentaires. Aussi, les capacités de pleine conscience (i.e., prendre conscience de ses pensées, émotions et sensations dans le présent et sans jugement) ont montré un intérêt croissant dans la littérature afin de proposer aux patients obèses de mieux réguler leurs émotions et ainsi leurs comportements alimentaires. Une première partie s’intéressera au rôle de l’exposition à un événement traumatique dans la régulation des conduites alimentaires de patients obèses. Cette partie est composée de deux études : l’une ayant pour objectif de vérifier les associations entre l’exposition à un événement traumatique et la perte de poids postopératoire ainsi que l’évolution des conduites alimentaires en pré- et postopératoire ; et l’autre ayant pour but d’explorer le rôle des stratégies de régulation des émotions et des capacités de pleine conscience dans la relation entre les effets psychopathologiques de l’exposition à un événement traumatique et les conduites alimentaires. Une seconde partie s’intéressera aux effets des entraînements à la pleine conscience sur les conduites alimentaires et l’activité physique de patients obèses. Cette partie est composée de trois études : une étude de cas clinique, une revue systématique et méta-analyse et un essai contrôlé randomisé (étude MindOb). Les résultats de la première partie montrent que les patients opérés d'une chirurgie bariatrique ont plus de risques de perdre moins de poids en postopératoire et d'avoir des troubles alimentaires en pré- et postopératoire lorsqu'ils ont été exposés à un événement traumatique. De plus, auprès de patients non-opérés, l'impact psychologique d'un événement traumatique, ainsi que des stratégies non-adaptatives de régulation des émotions, sont associés à de la détresse psychologique, de l'impulsivité alimentaire et des accès hyperphagiques. Les résultats de la seconde partie montrent que les interventions basées sur la pleine conscience réduisent l'impulsivité alimentaire et les accès hyperphagiques de patients obèses non-opérés. Aussi, les résultats suggèrent que les interventions basées sur la pleine conscience augmentent le niveau d'activité physique des patients obèses. Cette thèse apporte ainsi des éléments de réponse quant à l'intérêt de proposer des techniques psychothérapeutiques favorisant la régulation des émotions des patients obèses. Il semblerait qu'intervenir en préopératoire soit favorable afin d'éviter la persistance et l'apparition de troubles alimentaires. Aussi, les interventions psychothérapeutiques seraient plus efficaces si elles ciblaient les patients ayant vécu des événements traumatiques et/ou souffrant d'accès hyperphagiques. D'autre part, les interventions basées sur la pleine conscience semblent efficaces, mais la méthode d'intervention optimale est encore à identifier. Il reste à vérifier si l'intervention doit être à distance ou en présentiel, quotidienne et sur le long terme ou sur une courte période, complémentaire à un suivi médical et contextualisée aux troubles alimentaires ou plus généraliste.

  • Titre traduit

    The role of mindfulness in psychological care of obese patients : when, why, and how to plan interventions?


  • Résumé

    Exposure to adverse life events has been associated with adult obesity, and could translate into the appearance of eating disorders. Moreover, exposure to adverse life events has been associated with emotional dysregulation, which would be in turn linked to higher prevalence of eating disorders. Furthermore, mindfulness skills (i.e., non-judgmental awareness of thoughts, emotions, and bodily sensations in the present-moment) have been the object of increased attention in the scientific literature as a means to increase emotion regulation and treat eating disorders in obese patients. The first part of this thesis studies the associations of exposure to adverse life events with eating patterns in obese patients. Two studies have been conducted in this part: the first aiming at assessing the association of exposure to adverse life events with postoperative weight-loss, as well as pre- and postoperative eating patterns; and the second aiming at exploring the role of emotion regulation strategies and mindfulness skills in the association of exposure to adverse life events and eating patterns. The second part studies the effects of mindfulness training on eating patterns and physical activity in obese patients. Three studies have been conducted in this part: a clinical case study, a systematic review and meta-analysis, and a randomized controlled trial (MindOb study). The results of the first part showed that bariatric surgery patients exposed to adverse life events are at risk of losing less weight after surgery, as well as having more dysfunctional eating patterns pre- and postoperative. Moreover, with non-operated obese patients, the results showed that the psychological impact of adverse life events and non-adaptive emotion regulation have been associated with psychological distress, impulsive eating, and binge eating. The results of the second part showed that mindfulness training decreased impulsive and binge eating in non-operated patients. Moreover, results showed that mindfulness training could also increase physical activity in these patients. This thesis highlights the need for providing obese patients with psychotherapeutic techniques increasing emotion regulation. The results suggest that pre-surgery interventions could avoid maintenance or the appearance of dysfunctional eating patterns. Moreover, psychotherapeutic interventions would be more effective in the case of patients either exposed to adverse life events or being diagnosed with binge eating disorder. However, while mindfulness training seemed effective, the optimal intervention design has yet to be identified. In fact, the questions of whether such training should be self-help or guided, daily and long-term or short-term, complementary to medical care and adapted to eating disorders or broader, must still be tested.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.