La dynamique du traitement de l'excitation à l'adolescence : étude comparative de deux groupes d'âge : éclairage de la clinique projective

par Clara Halley

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Catherine Azoulay.


  • Résumé

    L'adolescence, marquée par l'éclosion de la puberté et la résurgence des pulsions sexuelles et agressives, engage, un travail interne lié aux transformations psychiques et à l'émergence de la sexualité génitale. La puberté peut alors faire intrusion et trauma, blessant le sujet qui est plus ou moins prêt à supporter la contrainte au changement induit par le processus pubertaire. En référence au modèle théorique psychanalytique, nous nous intéressons dans cette étude à la manière dont les adolescents font face aux afflux d'excitations, tant externes qu'internes, selon un traitement psychique, par un travail de mentalisation et de symbolisation, ou bien comportemental ou somatique, par le langage du corps ou le recours à la sensorialité. En effet, quelles que soient les capacités d'élaboration mentale de l'adolescent, une vulnérabilité transitoire de l'appareil mental est attendue à cet âge de la vie. Notre travail se propose ainsi d'explorer le traitement de l'excitation à l'adolescence, mis en évidence par l'étude de la qualité de quatre mouvements psychiques : le narcissisme, le système pare-excitation, le recours au corps par la sensorialité et le langage du corps, ainsi que les processus de pensée à travers l'étude de la mentalisation et de la symbolisation. Notre objet de recherche questionne ainsi la qualité du traitement de l'excitation, à travers la mise en perspective de ces différentes dimensions conceptuelles, susceptible d'exposer une meilleure approche processuelle de l'adolescence. Partant de l'hypothèse principale selon laquelle le traitement de l'excitation est multifactoriel, l'objectif de cette étude est de dégager la manière dont l'articulation des différents concepts étudiés est à même de rendre compte, de manière plus sensible, du traitement de l'excitation à l'adolescence. La méthodologie projective a été choisie pour mettre à l'épreuve cette hypothèse à l'aide de grilles référées aux quatre dimensions précitées. Nous avons rencontré 17 adolescents tout-venants âgés de 14 à 18 ans auxquels nous avons proposé le Rorschach et le TAT. Dans une approche comparative, nous avons étudié le traitement de l'excitation auprès de deux groupes d'âge (14-16 ans et 16-18 ans). Les résultats mettent en avant des différences dans le traitement de l'excitation à l'adolescence entre les deux groupes d'âge, les plus jeunes ayant préférentiellement recours à l'inhibition, les plus âgés étant davantage en mesure de mentaliser et symboliser l'excitation. Conformément à notre hypothèse générale, l'analyse projective des quatre dimensions de notre travail permet une approche plus fine pour chaque adolescent des spécificités du traitement de l'excitation.

  • Titre traduit

    The treatment of excitation dynamic during adolescence : a comparative study of two age groups


  • Résumé

    Adolescence, marked by the emergence of puberty and the resurgence of sexual and aggressive drives, engages an internal work linked to psychic transformations and to the emergence of genital sexuality. Puberty can therefore intrude and cause trauma, hurting the subject who is more or less ready to bear the constraint to change induced by the pubertal process. In reference to the theoretical psychoanalytic model, we are interested in the study of the way in which adolescents are confronted with the influx of excitations, both external and internal, through a psychic treatment, by a work of mentalisation and symbolisation, or behavioural, or somatic, by the language of the body or the use of sensoriality. Indeed, whatever the mental capacity of the adolescent, a transient vulnerability of the mental apparatus is expected at this age of life. Our work thus proposes to explore the treatment of excitation in adolescence, evidenced by the study of the quality of several psychic movements: narcissism, protective-shield system, sensoriality and body language, as well as the processes of thought through the study of mentalisation and symbolisation. Our research object thus questions the quality of the treatment of excitation, through the putting into perspective of these four conceptual dimensions, likely to expose a better process approach of adolescence. On the basis of the main hypothesis that the processing of the excitation is multifactorial, the objective of this study is to determine how the articulation of the different concepts studied is able to account more sensibly for the treatment of excitation in adolescence. The projective methodology was chosen to test this hypothesis using grids referred to the above four dimensions. We met 17 teenagers aged 14 to 18 years old who passed the Rorschach and TAT. In a comparative approach, we studied the treatment of excitation with two age groups (14-16 years and 16-18 years). The results highlight differences in the treatment of adolescent arousal between the two age groups, with the younger ones preferring inhibition, the older age groups being more able to mentalise and symbolize the excitation. According to our general hypothesis, the projective analysis of the four dimensions of our work allows a finer approach for each adolescent to the specificities of the treatment of excitation.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.