Gouverner le bien être : travail des normes et mobilisations autour des pratiques professionnelles de la médecine chinoise en France

par Fanny Parent

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Olivier Philippe.

Soutenue le 07-12-2017

à Toulouse 1 , dans le cadre de École doctorale Droit et Science Politique (Toulouse) , en partenariat avec Laboratoire des Sciences Sociales du Politique (Toulouse) (équipe de recherche) .


  • Résumé

    Cette thèse analyse les luttes d’intérêt et de pouvoir autour des pratiques professionnelles de la médecine chinoise en France (acupuncture, massages, pharmacopée, diététique, qi gong). Y sont interrogés les dynamiques d’institutionnalisation de certaines de ces pratiques par des acteurs (médecins, sages-femmes, kinésithérapeutes, infirmiers et autres travailleurs en reconversion professionnelle) mobilisés pour la reconnaissance et/ou la légitimation de leur activité et outils de travail. Pour ne pas réifier ces codifications professionnelles, nous partons de la construction d’un marché du travail en médecine chinoise et de ses formes de régulation successives dans le cadre de l’émergence d’un gouvernement du bien-être. Cet angle d’analyse permet d’interroger conjointement les constructions médicales, politiques et sociales de la santé, et de participer ainsi au décloisonnement des travaux de la sociologie (de la santé, du travail, des professions, des régulations professionnelles et des marchés) et de la science politique. La première partie reconstitue la genèse des pratiques de la médecine chinoise en France en interrogeant, tout d’abord, ses conditions d’exportation et de réception sous la forme d’une juridiction formée par des médecins autour de l’acupuncture (Abbott, 1988), puis sa requalification sociale comme pratique de bien-être et norme de prévoyance. La seconde partie se concentre sur les investissements professionnels sur un marché du travail en médecine chinoise segmenté et en construction qui se déploie entre deux espaces inégalement régulés et contrôlés : celui des professions médicales et celui des travailleurs indépendants exclus de ces professions. La dernière partie expose les dynamiques professionnelles et institutionnelles qui visent à « durcir » les frontières du travail en s’intéressant aux engagements associatifs, syndicaux et politiques des travailleurs dans des organisations catégorielles, voire corporatistes, au sein des écologies liées (Abbott, 2003).

  • Titre traduit

    Governing of wellness : social work of standards and mobilizations around professional practices of Chinese medicine in France


  • Résumé

    This thesis analyses the power struggles and the rivalries surrounding the different practices of Chinese medicine (acupuncture, massage, pharmacopoeia, dietetics, qi gong). It examines how various professionals (from medical doctors to physiotherapists among others) struggle over the recognition, legitimation and hence institutionalization of their knowledge, trade and work tools. In order to distance ourselves from the way these actors frame their activity, we focus on the formation of a job market around Chinese medicine and the ways it has been gradually regulated over the years in a general context marked by the emergence of a government of wellness. Using a cross-disciplinary approach ranging from the sociology of health, work, professions and regulation to political science, we question the medical, political and social construction of health as a social problem. The first part of this dissertation analyses the appropriations of the different practices of Chinese medicine in France: first, we explore how a professional jurisdiction around acupuncture has gradually been created by medical doctors (Abbott, 1988); then, we look at its reclassification process as a well-being practice and forethought norm. The second part of the dissertation focuses on how practitioners engage in an unequally-regulated job market which is “under construction” and segmented in two fields: the one of medical professions and the one of independent workers excluded from thoseprofessions. The last part of the dissertation argues that the institutionalization and professional dynamics – the active work that professionals have to invest to maintain the boundaries – have to do with the practitioners’ involvement in associations, unions and political parties in separate but linked ecologies (Abbott, 2003).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.