Social networks as a trade-off between optimal information transmission and reduced disease transmission

par Valéria Romano de Paula

Thèse de doctorat en Ecologie-éthologie

Sous la direction de Cédric Sueur et de Andrew J. J. MacIntosh.

Le président du jury était Carsten Schradin.

Les rapporteurs étaient Jean-Loup Guillaume, Marie Charpentier.

  • Titre traduit

    Les réseaux sociaux comme compromis entre une transmission d'information efficace et une réduction de la transmission de maladie


  • Résumé

    La structure sociale d'un groupe peut théoriquement réguler la transmission des informations et le risques de maladies via les contacts sociaux et la proximité. En théorie, les mêmes propriétés de réseau qui favorisent la transmission d'information favorisent également la transmission de pathogènes, créant de fait un potentiel compromis entre eux. Dans ma thèse, j'ai utilisé des données empiriques, des analyses de réseaux et modèle de simulation individuel afin de comprendre l'influence des structures sociales sur la transmission sociale chez les primates et dans des réseaux théoriques. Mes études ont montré que i) les macaques japonais centraux dans Je groupe transmettent les pathogènes plus rapidement mais sont également plus susceptibles d' être infectés; ii) le nombre d'individus infectés dans 40 groupes de primates est dépendant des propriétés globales du réseau et de l'étape de l'infection: iii) un pic d'efficacité de réseau à des valeurs intermédiaires de sous­ structure de groupe dans des réseaux empiriques et théoriques ; et iv) des variations dans les propriétés de réseaux sont la conséquence de décisions individuelles en fonction de compromise entre la collecte d'information et l'évitement de l'infection. Ainsi, ma thèse a démontré les mécanismes de transmission social et indiqué que les propriétés de réseau pourrait réflecter un compromise entre transmission de l'information et transmission de pathogène.


  • Résumé

    Social structure can theoretically regulate information transmission and disease risk via social contact or proximity. In theory, the same network properties that favor information transmission also favor pathogen transmission creating a potential trade-off between them. In my thesis, I used empirical data, network analysis and individual-based modelling to understand the influence of social structure on social transmission in primate and theoretical networks. My studies show that i) central Japanese macaques transmit disease faster but are also more prone to acquiring infectious agents; ii) the number of infected individuals in 40 wild primate groups is dependent on global network properties and epidemic time; iii) network efficiency peaks with intermediate values of group substructure in theoretical and empirical networks; and, iv) variation in the network properties is a consequence of individual decisions given the trade-offs between collecting information and avoiding infection. Altogether, my thesis reveals the mechanisms of social transmission and indicates that network properties might reflect a trade-off between information and pathogen transmission.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.