Les religions de l'Antiquité classique dans l'œuvre de Voltaire : réception et instrumentalisation

par Sarra Abrougui

Thèse de doctorat en Littérature générale et comparée

Sous la direction de Pierre Hartmann et de Yves Lehmann.

Soutenue le 12-12-2017

à Strasbourg , dans le cadre de École doctorale Humanités (Strasbourg ; 2009-....) , en partenariat avec Configurations littéraires (Strasbourg) (laboratoire) .

Le président du jury était Gerhardt Stenger.

Les rapporteurs étaient Gerhardt Stenger, Jeanne Dion.


  • Résumé

    Ce projet de thèse de doctorat, portant sur Les religions de l’Antiquité classique dans l’œuvre de Voltaire : réception et instrumentalisation, vise à mettre en perspective la démarche critique dont procède Voltaire pour dénoncer les abus de la religion. Bien qu’elles soient dépréciées au XVIIIe siècle, et loin d’être données comme modèle à imiter, les religions de l’Antiquité sont utilisées par le philosophe des Lumières en tant que témoignages dans un cadre philosophique contemporain. C’est dire qu’elles sont délibérément instrumentalisées dans la mesure où elles lui servent de contre-exemples référentiels dans son combat idéologique contre l’extrémisme outrancier des grandes religions monothéistes : judaïsme, christianisme et islam. Investies au profit d’une fin polémique, elles constituent pour Voltaire le principal argument dans sa lutte philosophique contre les idées fallacieuses des religions modernes et les dérives qui peuvent en découler. Aussi conviendra-t-il de replacer ses références aux religions grecque et romaine dans le contexte culturel du XVIIIe siècle sur la base de la polémique philosophique des Lumières et du triomphe de l’esprit nouveau sur les crédulités anciennes. Quoiqu’il procède par une étude comparative et critique des religions de l’Antiquité classique, Voltaire cherche à relativiser les prétentions universalistes du christianisme contemporain.

  • Titre traduit

    The reception and Instrumentalisation of classical religions in Voltaire’s philosophy


  • Résumé

    This doctoral research proposal investigates The Reception and Instrumentalisation of Classical Religions in Voltaire’s Philosophy. Its aim is to contextualise the critical approach used by Voltaire to attack the negative effects of religion. Other 18th Century writers did not see the merit of ancient religions, nor see them as a worthy ideal, but Voltaire discussed them in order to probe the philosophical questions of his time. He did so deliberately, using them as points of reference and counter examples in his ideological fight against the brazen extremism of Judaism, Christianity and Islam. Indeed, the ancient religions are Voltaire’s main argument in his polemical struggle against the false notions and corrupting effects of the monotheistic religions. Should Voltaire’s references to the Greek and Roman religions be situated in the cultural context of the 18th Century? Given the Enlightenment’s polemic philosophy and the triumph of the new spirit of rationality over ancient superstition, this may prove fruitful. Although his approach is to compare and critique the religions of Classical Antiquity, Voltaire seeks to put the universal pretensions of contemporary Christianity into perspective.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.