Le suicide dans les armées : Gérer un non-dit

par Haïm Korsia

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Éric Godelier.

Soutenue le 18-12-2017

à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Cachan, Val-de-Marne) , en partenariat avec École polytechnique (Palaiseau, Essonne) (établissement opérateur d'inscription) et de Centre de recherche en gestion (Palaiseau, Essonne) (laboratoire) .

Le président du jury était Sandra Charreire Petit.

Le jury était composé de Éric Godelier, Anne Sophie Avé.

Les rapporteurs étaient Albert David, Patrick Clervoy.


  • Résumé

    L'enjeu de cette thèse est de définir ce que veut dire un suicide dans le monde militaire, de comprendre comment c'est un fait de gestion dans les armées et pourquoi il vaut mieux dire les choses afin de pouvoir mettre en place une véritable politique de prévention. Le tabou du non-dit de cette question dans les armées s’explique inconsciemment par le fait que chaque suicide d’un militaire vient contredire la fraternité d’arme que revendique l’armée comme étant son socle.

  • Titre traduit

    Suicide in the army


  • Résumé

    The aim of this thesis is to define what suicide means in the military world, to understand how it is a management fact in the armed forces and why it is better to express a matter in order to be able to implement a genuine prevention policy. The taboo of this unspoken issue in the armed forces is unconsciously explained by the fact that each suicide of a soldier is in contradiction with the arms’ brotherhood claimed by the army as its base.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : École polytechnique. Bibliothèque Centrale.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.