La méthode des évaluations aléatoires en économie du développement : une analyse critique à partir du cas de Madagascar dans le secteur de l’éducation primaire.

par Guillaume Jean

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jean Cartier-Bresson.

Soutenue le 30-03-2017

à Paris Saclay , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Cachan, Val-de-Marne) , en partenariat avec Centre d'études sur la mondialisation, les conflits, les territoires et les vulnérabilités (Guyancourt, Yvelines) (laboratoire) , Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement opérateur d'inscription) et de Centre d'études sur la mondialisation- les conflits- les territoires et les vulnérabilités / Cemotev (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Luc Dubois.

Le jury était composé de Vincent Geronimi, Isabelle Guérin.

Les rapporteurs étaient François Facchini, Marie-France Lange.


  • Résumé

    En économie du développement, la culture d’évaluation s’est renforcée pour mieux orienter l’aide vers les actions qui ont démontré la preuve de leur efficacité. Dans ce contexte aux pratiques renouvelées, un essor des méthodes expérimentales s’est fait jour dans le domaine de l’évaluation, notamment à travers la méthode des évaluations aléatoires qui est fortement promue par le laboratoire J-PAL, et notamment par Esther Duflo. Contribuant empiriquement à la constitution d’un « fonds scientifique capitalisable » grâce aux connaissances mises à jour, mais comportant des failles persistantes, nous procédons dans cette thèse à une analyse critique de la méthode, avec l’appui d’une récente littérature économique française et anglophone.De plus, nous avons mené une enquête par questionnaire auprès de parents d’élèves du primaire à Madagascar, notre terrain d’étude. Pour la réaliser, nous nous sommes basés sur une évaluation aléatoire qui avait été menée dans ce pays par une doctorante affiliée au J-PAL, et qui concluait à un impact positif d’un traitement à base d’information statistique sur les rendements de l’éducation, délivrée aux parents d’élèves du primaire. En reproduisant ce traitement dans notre enquête, nous avons voulu savoir si l’on pouvait aboutir à des résultats similaires bien que la méthode employée varie. Nous retrouvons globalement les conclusions de l’auteure de l’évaluation aléatoire, bien que nous utilisions une méthode moins purement quantitative.

  • Titre traduit

    The method of randomized evaluations in economics development : a critical analysis based on the case of Madagascar in the primary education sector.


  • Résumé

    In development economics, the culture of evaluation is being strengthened to specify which development actions could be effective, and thus allows a better targeting of aid on the actions that have proven their effectiveness. Within this context of renewed practices, an expansion of experimental methods in the evaluation field has emerged, in particular through the method of randomized evaluations strongly promoted by the J-PAL laboratory, particularly by the emblematic figure of Esther Duflo. Contributing empirically to the composition of a « scientific capitalizable fund » thanks to the updated knowledge, but still including persistent limits, we set into this thesis about a critical analysis of this method, with the mobilization of some recent French and English economic literature.Moreover, we conducted a questionnaire survey to primary school pupils’ parents in Madagascar, our field study. To carry out it, we used a randomized evaluation that had been conducted in this country by a PhD student affiliated with the J-PAL and whose finding was the positive effect of some statistical information treatment on returns to education towards primary school pupils’ parents. By reproducing this treatment in our study, we wanted to know whether it was possible to achieve similar results even though the applied method varies. It’s globally matching up with the conclusions of the author of the randomized evaluation, even if we use a less purely quantitative method.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.