La notion d'indépendance en Grèce à l'époque classique

par Michiko Yanagidani

Thèse de doctorat en Histoire, histoire de l'art et archéologie

Sous la direction de Évelyne Samama.

Soutenue le 03-03-2017

à l'Université Paris-Saclay (ComUE) en cotutelle avec non concerné , dans le cadre de École doctorale Sciences de l'Homme et de la Société (Sceaux, Hauts-de-Seine ; 2015-....) , en partenariat avec Dynamiques patrimoniales et culturelles (Guyancourt, Yvelines) (laboratoire) , Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (établissement opérateur d'inscription) et de Dynamiques patrimoniales et culturelles / DYPAC (laboratoire) .

Le président du jury était Emmanuelle Saulnier.

Le jury était composé de Évelyne Samama.

Les rapporteurs étaient Alexandru Avram, François Lefèvre.


  • Résumé

    Ce travail a pour but de faire la synthèse de la notion d'indépendance en Grèce à l'époque classique. Cette notion est étroitement liée à celle des relations internationales dans le monde grec aux Ve et IVe siècles av. J.-C., parce qu'il y existait presque un millier de poleis (cités), dont la plupart de petite taille. Dans ce travail, on se propose d'étudier le terme autonomia, qui désigne une telle indépendance, et selon le cas, le terme eleutheria (liberté), mais l'emploi du mot autonomia est plus juste. Les sources littéraires et historiques, et les documents épigraphiques contemporains apportent des témoignages précieux pour éclairer la notion d'indépendance à cette époque-là.La première partie de la thèse étudie la naissance de la notion d'autonomia au Ve siècle av J.-C. par l'analyse détaillée des sources littéraires (Hérodote, Thucydide, Hippocrate, Sophocle et Cratinos) et des documents épigraphiques. La seconde partie est consacrée à sa progressive définition juridique au cours du IVe siècle av J.-C. Andocide est le premier à associer, du point de vue juridique, l'autonomia aux synthekai, qui désignent souvent les traités internationaux, bilatéraux ou multilatéraux dans les relations internationales. Mais c'est Isocrate qui bâtit la théorie autonomia-synthekai : " L'autonomia des cités est garantie par des synthekai sur le plan intenational". Isocrate développe ses idées sur l'autonomia à chaque fois que la nouvelle paix commune est conclue. Avec le mot horkoi (serments), les synthekai pourraient entrer plus en vigueur en droit international en Grèce ancienne.

  • Titre traduit

    The notion of independence in classical Greece


  • Résumé

    This study aims at the synthesis on the notion of independence in classical Greece, considering that there was a close relation between the notion of state-independence and the international relations among the nearly thousand poleis (cities) whose majority were quite small. In this thesis, I use the word autonomia which could mean independence, and we can also use the word eleutheria (freedom) as the case may be, but the word autonomia is more appropriate. So I study the notion of autonomia of the Greek cities during the fifth century BC by the detailed analysis of the literary sources (Herodotus, Thucydides, Hippocrates, Sophocles et Cratinus) and of the historical inscriptions . Secondly, my thesis intends to demonstrate the progressive legal definition of the Greek concept of autonomia during the fourth century BC. Andocides is the first to connect, from the juridical point of view, autonomia with the synthekai, which often signify the bilateral or multilateral treaties in the international relations. But it is Isocrates who constructs the autonomia-synthekai theory : “Autonomia of the cities is guaranteed internationally by the synthekai”. Isocrates develops his ideas on autonomia whenever the common peace is newly concluded. Oaths played an important role in the international treaties, namely in terms of international law in classical Greece.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.