Structures funéraires et pierres dressées : analyses architectorales et spaciales : mégalithes du département du Morbihan

par Philippe Gouézin

Thèse de doctorat en Archéologie et archéométrie

Sous la direction de Luc Laporte.

Soutenue le 30-06-2017

à Rennes 1 , dans le cadre de École doctorale Sciences de la matière (Rennes) , en partenariat avec Université Bretagne Loire (ComuE) , Centre de recherche en archéologie, archéosciences, histoire (Rennes) (laboratoire) et de Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire (laboratoire) .


  • Résumé

    Le mégalithisme est l'expression architecturale monumentale d'un ensemble de sociétés qui ont édifiées des structures funéraires et des pierres dressées. La genèse du mégalithisme, phénomène humain de la fin de la préhistoire, puise ses origines dans de multiples conjugaisons des différents courants de la néolithisation aux traditions variées, aux influences géographiques parfois lointaines, aux époques différentes. La combinaison de nombreux éléments sociaux de ces sociétés agro-pastorales a généré des générations d’architectes bâtisseurs et contribué à mettre en œuvre une diversité architecturale La volonté de mise œuvre des maisons des morts au même niveau que les maisons des vivants semble répondre à des critères sociaux et culturels. Une perception visuelle actualisée des mégalithismes, adaptée aux récentes thématiques développées amène un fil conducteur original d’étude de plusieurs mondes qui se sont combinés. L’état des connaissances depuis le milieu du XXème siècle a permis une appréhension différente des mégalithismes : - dans les années 1980, une connaissance plus complète des masses tumulaires et leurs liens étroits avec les chambres sépulcrales (Joussaume, 1997, 1999, 2003 ; Joussaume et al. 2006). - dans les années 2000 une prise en compte de l’histoire des monuments (Joussaume et al. 2006 ; Laporte, 2010 ; Laporte et al. 2004, 2011). - de nos jours, une appréhension différente des articulations entre les pierres dressées, les tumulus et les chambres sépulcrales (Laporte, 2015 ; Laporte et al. 2011). Le processus de cette monumentalisation architecturale a souvent fait l’objet d’études distinctes, les espaces sépulcraux et les pierres dressées servant de bases à deux axes de recherches séparées. Seule l’étude des stèles en remploi avait fait l’objet d’une attention particulière (L’Helgouac’h, 1983 ; Cassen, 2009b) et d’un rapprochement des deux dispositifs. Ce n’est que récemment que la complémentarité entre les espaces sépulcraux et les pierres dressées a réellement été proposée (Laporte, 2015b). Disposant d’un important corpus actualisé des mégalithes du département du Morbihan, il a donc été proposé de développer dans cette thèse cette notion de complémentarité entre les différents dispositifs qui constituent les mégalithismes. Les hypothèses formulées sont de démontrer que les processus de monumentalisation sont issus d’un croisement architectural entre les pierres dressées, les espaces sépulcraux et les masses tumulaires. Nous tenterons également de montrer les liens étroits qui semblent se dessiner entre trois mondes très différents mais intimement liés (le monde des vivants, le monde des morts et le monde naturel).

  • Titre traduit

    Funerary structures and stones : architectural and spatial analysis : megaliths of the department of Morbihan


  • Résumé

    Megalithism is the monumental architectural expression of a group of societies that have built funerary structures and erected stones. The genesis of megalithism, the human phenomenon of the end of prehistory, draws its origins from multiple conjugations of the different currents of neolithization with varied traditions, geographical influences sometimes distant, at different times. The combination of many social elements of these agro-pastoral societies has generated generations of architects and contributed to the implementation of architectural diversity The desire to put the houses of the dead to the same level as the houses of the living seems to meet social and cultural criteria. An updated visual perception of megalithisms, adapted to the recent themes developed, brings an original thread of study of several worlds that have combined. The state of knowledge since the middle of the 20th century allowed a different apprehension of megalithisms: - in the 1980s, a more complete knowledge of the tumular masses and their close links with the sepulchral chambers (Joussaume, 1997, 1999, 2003, Joussaume et al., 2006). - in the 2000s, taking into account the history of monuments (Joussaume et al., 2006, Laporte, 2010, Laporte et al., 2004, 2011). - today, a different apprehension of the articulations between the erected stones, the tumuli and the sepulchral chambers (Laporte, 2015, Laporte et al., 2011). The process of this architectural monumentalization has often been the subject of separate studies, sepulchral spaces and erected stones serving as bases for two separate lines of research. Only the study of stelae in reuse had been the object of particular attention (L'Helgouac'h, 1983, Cassen, 2009b) and a comparison of the two devices. It is only recently that the complementarity between sepulchral spaces and erected stones has actually been proposed (Laporte, 2015b). It has therefore been proposed to develop in this thesis the notion of complementarity between the different mechanisms that constitute megalithisms. The hypotheses formulated are to demonstrate that the processes of monumentalisation are the result of an architectural crossing between the erected stones, the sepulchral spaces and the tumular masses. We will also try to show the close ties that seem to be taking shape between three very different but intimately linked worlds (the world of the living, the world of the dead and the natural world).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rennes I. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.