Corruption et croissance économique au Cameroun : de l'effet direct et des effets indirects à travers la répartition des dépenses publiques

par Nabil Aman Ndikeu Njoya

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Yvon Rocaboy et de Jean-Marie Gankou.

Soutenue le 15-06-2017

à Rennes 1 en cotutelle avec l'UNIVERSITE DE YAOUNDE II et l'Université de Yaoundé II , dans le cadre de Sciences de l'homme, des organisations et de la société , en partenariat avec Universite Bretagne Loire (ComuE) , CREM (laboratoire) et de Centre de recherche en économie et management (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Jacques Durand.

Le jury était composé de Marie-Estelle Binet.

Les rapporteurs étaient Thierry Madiès, Rachel Guillain.


  • Résumé

    Le Cameroun est un pays engagé dans une stratégie de développement volontariste, faisant toutefois face à d’importantes difficultés de croissance économique et à une corruption chronique. Suivant ce contexte, la présente étude a pour objet d’effectuer une analyse théorique et empirique des effets de la corruption sur la croissance économique du Cameroun. A cet effet, notre premier axe d’analyse vise à déterminer la nature de la corrélation entre la corruption et la croissance économique au Cameroun. Notre étude révèle qu’à long terme, la corruption affecte négativement le taux de croissance économique, suivant des effets directs d’une part, et suivant des effets indirects d’autre part, à travers l’investissement privé, le niveau d’éducation et les dépenses publiques. Dès lors, un deuxième axe d’analyse nous a paru intéressant à aborder, cherchant cette fois à évaluer l’effet indirect de la corruption sur la croissance économique via les distorsions dans la répartition des dépenses publiques. Les résultats obtenus ici montrent que la corruption provoque des distorsions tendant d’une part, à accroître les allocations aux des dépenses publiques d’investissement, pour un effet induit non significatif sur la croissance économique, et d’autre part, à réduire la part des dépenses publiques de fonctionnement, pour un effet induit négatif sur la croissance économique.

  • Titre traduit

    Corruption and economic growth in Cameroon : the direct effect and the indirect effects through the distribution of public expenditures


  • Résumé

    Cameroon is an economy committed to an expansionist development strategy, yet faced with major economic growth challenges and chronic corruption. In this context. The purpose of this study is, therefore, to carry out a theoretical and empirical analysis of the effects of corruption on Cameroon's economic growth. The first analysis framework is aimed at determining the nature of causal relationship between corruption and economic growth in Cameroon. The estimations reveal that in long run, an increase in the level of corruption leads to a reduction in the rate of economic growth. This negative relationship is following a direct effect as well as indirect effects through private investment, education and public spending. The second axis of analysis seeks to assess the indirect effect of corruption on economic growth through distortions in the distribution of public expenditure. Our results show that corruption brings about distortions aimed at increasing allocations to public investment spending thereby producing an insignificant effect on economic growth on the one hand, and reducing the share of public recurrent expenditure with a negative effect on economic growth, on the other hand.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?