Horizons perdus : comment le cinéma expérimental et la sculpture ouvrent à l'installation

par Jean-Baptiste Lenglet

Thèse de doctorat en SACRe, arts visuels

Sous la direction de Alain Bonfand.

Soutenue le 24-03-2017

à Paris Sciences et Lettres , dans le cadre de École doctorale École transdisciplinaire Lettres/Sciences (Paris) , en partenariat avec Équipe d'accueil SACRe - Sciences, arts, création, recherche (Paris) (laboratoire) , École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (Paris) (établissement opérateur d'inscription) et de EA 7410 — Sciences, Arts, Création, Recherche — SACRe (laboratoire) .

Le président du jury était Antoine de Baecque.

Le jury était composé de Alain Bonfand, Antoine de Baecque, Ange Leccia, Marie José Burki, Frédéric Paul.

Les rapporteurs étaient Jacques Aumont, Éric de Chassey.


  • Résumé

    La thèse de doctorat « Horizons perdus : comment le cinéma expérimental et la sculpture ouvrent à l’installation » explore l’idée d’animer un collage. Elle regroupe un ensemble d’œuvres, de natures diverses.Voyage circulaire en Asie, le projet est structuré en trois stations : Phnom Penh, Tokyo et Lhassa.Du filmage de ces villes à l’exposition finale, la pratique du collage est centrale. D’un médium à l’autre, d’une séquence à l’autre, il s’agit de découper des formes et de les présenter dans un nouveau contexte. Migration d’images, montage, composition… le collage a engagé une série de questions dont les réponses ont façonné ce travail.Dans la thèse, les villes sont autant un sujet d’étude qu’un modèle conceptuel. Les œuvres sont comme des architectures. Ce sont des espaces clos, d’essence sculpturale, qui se doivent ensuite d’entrer en relation afin de constituer un tout.Le titre « Horizons perdus » est peut-être la nostalgie de cette totalité.

  • Titre traduit

    Lost horizons : how experimental cinema and sculpture open on installation


  • Résumé

    “Lost Horizons: how experimental cinema and sculpture open to installation” is a diverse collection of work which explores the idea of animating a collage.The project is a circular voyage through Asia, structured in three stations: Phnom Penh, Tokyo and Lhassa.The practice of collage is central throughout the entire project. From filming these cities to the final exhibition, one medium to another, one sequence to the next, it is all a matter of cutting out forms and presenting them in a new context. Collage has engaged a series of questions - about image migrations, editing, and composition - whose answers have shaped the work.This thesis treats cities as much a subject of study as a conceptual model. Like architecture, and by extension, urbanism, the collages are conceived as enclosed spaces built to be lived in, and must enter into a relationship in order to constitute a whole.The title “Lost Horizons” is perhaps the nostalgia of this totality.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.