Du vernaculaire à la déprise d'oeuvre : Urbanisme, architecture, design

par Edith Hallauer

Thèse de doctorat en Aménagement de l'espace, Urbanisme

Sous la direction de Thierry Paquot.

Soutenue le 01-12-2017

à Paris Est , dans le cadre de École doctorale Ville, Transports et Territoires (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne ; 2015-....) , en partenariat avec Lab'Urba (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne) (laboratoire) et de LAB'URBA / LAB'URBA (laboratoire) .

Le président du jury était Catherine Grout.

Le jury était composé de Thierry Paquot, Pascal Nicolas-Le Strat.

Les rapporteurs étaient Joëlle Zask, Pierre A. Frey.


  • Résumé

    Cette thèse a pour point de départ le constat de l’émergence de revendications vernaculaires dans le champ urbain « alternatif » (Paquot, 2012 ; Béal & Rousseau, 2014) contemporain, en urbanisme, paysage, architecture et design. Des néologismes récents semblent empreints de tautologies et de paradoxes : on parle « d’urbanisme convivial » (Grünig, 2013), de « vernaculaire contemporain » ou de « nouveau vernaculaire »(Frey, 2010). Une première étude terminologique autour du vernaculaire dévoilera une étymologie fondamentalement dialectique et relative : ce mot savant désigne l’aspect populaire des choses – noms communs, pratiques ordinaires, savoirs non-doctes. Mais la géohistoire du vernaculaire révèle surtout sa subversivité latente, confirmant là sa place dans le champ des alternatives. C’est à partir des concepts de « travail fantôme » et de « genre vernaculaire » (Illich, 1983), que nous établirons que le terme est apparu lorsque la chose a disparu. Une dépossession (des savoirs, des techniques, des biens communs, des modes de faire) se lit au creux des révolutions industrielles (Giedion, 1980) et des mutations des pratiques de subsistance, désormais reléguées au champ des loisirs (Corbin, 2009). Le terme est donc intimement lié à un caractère revendicatif, de reprise, qui n’est pas sans écho avec un type de pratiques critiques en design : être contre, tout contre (Papanek, 1974). C’est alors par l’analyse de différents types de reprises récentes, posant les esquisses d’un paysage existentiel du vernaculaire (Jackson, 1984), que nous proposons l’idée de déprise d’œuvre, déployant les paradigmes d’un urbain soutenable. Dans un contexte de déprise urbaine qui la voit apparaître, la déprise d’œuvre répond à la maîtrise d’œuvre, par la quête du recouvrement des savoirs qu’aura révélé le vernaculaire : faire, laisser faire, faire faire. Nourrie d’improvisation, de processus et d’expérience (Zask, 2011), cette attitude affirme finalement le rôle de vecteur rhétorique et mobilisateur que joue le vernaculaire dans la réinvention de pratiques urbaines

  • Titre traduit

    From vernacular to deprise d'oeuvre : Urbanism, architecture, design


  • Résumé

    This research starts from observations of the emergence of "vernacular claims" in the alternative urban fields (Paquot, 2012; Béal & Rousseau, 2014) : urbanism, landscape, architecture and design. Recent neologisms seem to be characterized by tautologies and paradoxes : "convivial urban design" (Grünig, 2013), "contemporary vernacular" or "new vernacular" (Frey, 2010). A first terminological study of the vernacular will reveal a fundamentally dialectical and relative etymology : this scholarly word refers to a popular aspect of things - common names, ordinary practices, non-doctoral knowledges. But the geohistory of the vernacular reveals mostly a latent subversiveness, confirming its place in an alternative field. From the concepts of "ghost work" and "vernacular gender" (Illich, 1983), we will establish that the term appeared when the things disappeared. A dispossession (of knowledge, of techniques, of common goods, of crafts) can be found in the depths of industrial revolutions (Giedion, 1980), and from subsistence practices mutations, relegated to leisure fields (Corbin, 2009). The term is thus intimately linked to a reclaim feature, which is not far from a type of critical practices in design: to be close, very close (Papanek, 1974). By analyzing different types of recent recoveries, sketching in the edges of an existential vernacular landscape (Jackson, 1984), we finally suggest the idea of an déprise d’oeuvre, deploying some sustainable urban paradigms. In a context of urban shrinkage, this déprise d’oeuvre responds to traditionnal maîtrise d’oeuvre, in a quest to revover the knowledge revealed by the vernacular : to do, to let do, to make do. Nourished by improvisations, processes and experiences (Zask, 2011), this approach finally confirms the role that the vernacular plays as a mobilizing vector in the reinvention of urban practices


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.