Économie informelle en Haïti, marché du travail et pauvreté : analyses quantitatives

par Roseman Aspilaire

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Philippe Adair.

Soutenue le 03-11-2017

à Paris Est , dans le cadre de École doctorale Organisations, marchés, institutions (Créteil ; 2015-....) , en partenariat avec Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Equipe de Recherche sur l’Utilisation des Données Individuelles en lien avec la Théorie Economique (laboratoire) et de Equipe de Recherche sur l’Utilisation des Données Individuelles en lien avec la Théorie Economique / ERUDITE (laboratoire) .

Le président du jury était François Legendre.

Le jury était composé de Philippe Adair, Mélika Ben Salem, Michel Rocca.

Les rapporteurs étaient Zaka Ratsimalahelo, Jacques Charmes.


  • Résumé

    La prédominance de l’informel dans l’économie d’Haïti, où plus de 80% de la population vit en dessous du seuil de la pauvreté et plus de 35% au chômage, laisse entrevoir des liens étroits entre l’économie informelle, la pauvreté et le marché du travail. Faire ressortir ces interrelations, exige une évaluation de cette économie informelle qui fait l’objet des quatre chapitres de notre thèse traitant successivement l’évolution de la situation macroéconomique, le capital humain, les gains des travailleurs informels, et la segmentation du marché du travail.Le premier chapitre fait un diagnostic du phénomène selon l’état des lieux des théories élaborées et l’évolution du cadre macro-économique d’Haïti de 1980 à 2010 et propose une évaluation macroéconomique de l’informel à partir d’un modèle PLS (Partial Least Squares) en pourcentage du PIB.Le chapitre deux établit les relations entre l’évolution de l’économie informelle, dérégulation et politiques néolibérales grâce à un modèle LISREL (Linear Structural Relations). Nous examinons les incidences des politiques fiscales, budgétaires et monétaires des 30 dernières années sur l’économie informelle. Nous réévaluons aussi les causes de l’évolution de l’informel généralement évoquées par les études empiriques (taxes, sécurité sociale).Au chapitre trois, nous analysons la dimension micro-réelle de l’informel grâce à un modèle des gains à la Mincer estimé par les équations logit à partir des données d’une enquête nationale sur l’emploi et l’économie informelle (EEEI) de 2007. Nous analysons les déterminants des gains informels au regard de la position des travailleurs sur le marché (salariés, entrepreneurs et indépendants) ; et les revenus (formels et informels) et les caractéristiques socioéconomiques des travailleurs pauvres et non-pauvres par rapport au seuil de pauvreté.Au chapitre quatre, nous testons d’abord la compétitivité et la segmentation du marché de l’emploi en faisant usage de modèle de Roy et du modèle de Roy élargi à travers une estimation d’un modèle Tobit. Nous utilisons un modèle de Processus de Dirichlet : d’abord analyser la segmentation et la compétitivité éventuelle du marché du travail informel ainsi que ses déterminants, selon les données de l’EEEI-2007 ; ensuite, pour distinguer les caractéristiques fondamentales des informels involontaires (exclus du marché du travail formel) de celles des informels volontaires qui en retirent des avantages comparatifs.

  • Titre traduit

    Informal economy in Haiti, labour market and poverty : a quantitative analysis


  • Résumé

    The predominance of the informal sector in the economy of Haiti, where more than 80% of the population lives below the threshold of poverty and more than 35% unemployed, suggests links between the informal economy, poverty and the labour market. Highlight these interrelationships, requires an assessment of the informal economy, which is the subject of the four chapters of this thesis, dealing successively with the evolution of the macroeconomic situation, human capital, the informal earnings of workers, and the segmentation of the labour market.The first chapter made a diagnosis of the phenomenon according to the State of affairs of the developed theories and the evolution of the macroeconomic framework of Haiti from 1980 to 2010. And then offers a macroeconomic assessment of the informal sector as a percentage of GDP from a PLS (Partial Least Squares).Chapter two sets out the relationship between the evolution of the informal economy, deregulation and neo-liberal policies through a LISREL (Linear Structural Relations) model. We look at the impact of the budgetary, fiscal and monetary policies of the past 30 years on the informal economy. We also reassess the causes of the evolution of the informal economy generally evoked by the empirical studies (taxes, social security).In the chapter three, we analyse the micro-real dimension of the informal economy through a model of the Mincer earnings estimated by the equations logit from data in a national survey on employment and the informal economy (EEEI) in 2007. We analyse the determinants of informal gains in terms of the position of the market workers (employees, entrepreneurs and self-employed); and revenues (formal and informal) and the socio-economic characteristics of the working poor and non-poor compared to the poverty line.In chapter four, we first test the competitiveness and the segmentation of the labour market by making use of model of Roy and the expanded Roy model through an estimate a model Tobit. We use a model of Dirichlet process: first analyse the segmentation and possible informal work and market competitiveness as its determinants, according to data from the EEEI 2007; then, to distinguish the fundamental characteristics of the involuntary informal (excluded from the formal labour market) than the voluntary informal who gain comparative advantages.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.