La «résistance populaire» palestinienne face à l’occupation israélienne dans le contexte de l’après seconde Intifada en Cisjordanie (2005-2016). Territorialités et mobilisations

par Antoine Garrault

Thèse de doctorat en Sciences Politiques

Sous la direction de Yves Palau.

Soutenue le 04-12-2017

à Paris Est en cotutelle avec Oxford Brookes University , dans le cadre de OMI - Organisations, Marchés, Institutions , en partenariat avec LIPHA - Laboratoire Interdisciplinaire d'Etude Politique HANNAH ARENDT (laboratoire) .

Le président du jury était François Mabille.

Le jury était composé de Yves Palau, Stéphanie Latte Abdallah.

Les rapporteurs étaient Laetitia Bucaille, Amine Aït-Chaalal.


  • Résumé

    L'objectif principal de ce travail est d'expliquer et de comprendre les relations existantes entre les territorialités en compétition dans l’espace cisjordanien et les mobilisations de groupes et d’activistes engagés dans la résistance populaire contre l’occupation israélienne entre 2005 et 2016. Les territorialités prises en considération dans ce travail rassemblent celles des acteurs israéliens de l’occupation, des militants palestiniens étudiés dans cette thèse et regroupés autour d’un objet construit que nous avons nommé la « RP » ainsi que celles des multiples agents politiques et sociaux présents dans ce conflit.Pour cela, nous adoptons une approche scientifique interactionniste propre à l’étude des relations de pouvoir, des politiques de conflits et de la sociologie des mobilisations. Nous accordons une place importante à la description de la situation de colonisation de peuplement et au décryptage de la configuration (au sens éliassien du terme) sociopolitique cisjordanienne afin d’analyser les interactions conflictuelles qui engagent les mobilisations de nos enquêtés. De manière générale et en relation avec notre objet d’étude, il apparaît que l’entrée par la notion de territorialité est tout à fait heuristique pour traiter notre problématique. Elle permet aussi d’expliquer et de comprendre les mobilisations de nos acteurs de la RP à partir de l’étude contextualisée de multiples processus politiques.

  • Titre traduit

    Palestinian “popular resistance” against the Israeli occupation in the West Bank after the second Intifada (2005-2016)Territorialities and mobilizations


  • Résumé

    The main goal of this research is to explain and understand the existing relationships between the territorialities in competition in the West Bank and the mobilizations of groups and individual activists involved in popular resistance against the territorial occupation between 2005 and 2016. The territorialities analysed in this work are threefold: those of the agents of the Israeli occupation; those of the Palestinian activists examined and defined in this thesis under our proposed term “PR” (Popular Resistance); and the territorialities of the various existing political and social entities in this conflict.To pursue this goal, we adopt an interactionist approach well-suited to the study of power relations, contentious politics and social movements. We choose to focus in particular on describing the situation of settler colonization and on the interpretation of the socio-political configuration in the West Bank (based on Norbert Elias’ theories), as these are central in order to analyze the conflictual interactions that motivate our interviewees to take part in the mobilization. In general, and as concerns our subject of study, the notion of territoriality appears to offer a heuristic approach to address our topic. It also enables us to explain and understand the mobilizations of our PR actors on the basis of a contextualized study of multiple political processes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.