Bien commun et émergence de la citoyenneté dans la République romaine (d'après les oeuvres de Cicéron, Salluste et Tite-Live)

par Fatou Sar

Thèse de doctorat en Etudes latines et grecques

Sous la direction de Mireille Courrént.

Le président du jury était Martin Galinier.

Le jury était composé de Martin Galinier, Clara Auvray-Assayas, François Ripoll, Pierre Sarr.

Les rapporteurs étaient Clara Auvray-Assayas, François Ripoll.


  • Résumé

    Les notions de Bien commun et de citoyenneté ont été au centre des préoccupations des acteurs politiques comme des philosophes de la Rome antique. Elles constituent l’essence de toute République. Cette Thèse a comme objectif de montrer, à partir des œuvres de Cicéron, Salluste et Tite-Live, que la grandeur et la décadence de la République romaine sont intrinsèquement liées à la gestion du Bien commun. Notre démarche a donc été de remonter, avec nos auteurs, au passé de Rome, pour voir, à partir des valeurs qui ont fait la grandeur de la République, pourquoi ce déclin a pu s’amorcer. Le résultat auquel nous avons abouti a été de montrer que la principale cause de la décadence de la République romaine est la propension qu’ont eue les Romains, à partir de la fin de la Deuxième Guerre punique, à privilégier leurs intérêts et ambitions personnels au détriment de l’intérêt général. Ces faits nouveaux, selon nos auteurs, ont été rendus possibles par une crise sans précédent due à une ouverture démesurée de la citoyenneté qui rendit non opérationnelles des institutions prévues pour une cité.

  • Titre traduit

    Common good and emergence of citizenship in the roman Republic (according Cicero, Sallust and Livy)


  • Résumé

    The notions of common good and citizenship were at the centre of the preoccupations of political stakeholders as well as Ancient Rome philosophers. They constitute the essence of every Republic. Based on the works of Cicero, Sallust and Livy, this thesis aims at showing that the greatness and decline of the Roman Republic are intrinsically linked to common good management. Our approach was therefore to go back, with our authors, to the past of Rome, to see, from the values that have made the greatness of the Republic, how this decline happened. Our research made it possible to conclude that the main cause of the decline of the Roman Republic was the propensity of Romans, from the end of the Second Punic War, to privilege their personal interests and ambitions to the detriment of general interest. According to our authors, these new events were caused by an unprecedented crisis due to a disproportionate openness of Citizenship that had paralysed the institutions, initially planned for just a city like Rome.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Perpignan Via Domitia. Service commun de la documentation. Section Lettres et Sciences humaines.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.