Coût de transaction dans les marchés de l'eau : le cas de la Californie.

par Charles Regnacq

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Jacques Le Cacheux.

Soutenue le 01-02-2017

à Pau , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales et humanités (Pau) .


  • Résumé

    Cette thèse s’attache à contribuer aux débats actuels quant aux possibles avantages des marchés de l’eau. De par les changements économiques et une croissante instabilité climatique, bon nombre de régions arides à travers le monde doivent reconsidérer leur stratégie de gestion de leurs ressources hydrologiques. Une préférence substantielle envers des mécanismes de réallocation plus flexible telle que les marchés de l’eau y est portée pour limiter le stress hydrique. Bien qu’efficients en théorie, ces instruments sont aussi très coûteux, autant dans leurs mises en place que dans leur maintenance, à cause principalement des possibles externalités que des transferts d’eau peuvent induire. Ces coûts de transaction limitent l’efficacité des marchés de l’eau en comparaison à une situation de concurrence pure et parfaite et peuvent être plus dommageables qu’une gestion centralisée. Ainsi, toutes analyses d’une décentralisation de la gestion des ressources en eau doivent prendre en compte ces coûts de transaction. A ce titre, le travail présenté ici étudie les causes sous-jacentes à ces coûts de transactions et adapte un outil déjà largement utilisé dans le cadre du commerce international : les équations de gravité. L’application de ce modèle aux marchés de l’eau en Californie permet de mettre en évidence et de mesurer l’importance de ces coûts de transactions dans le développement de tels instruments de gestion de l’eau.

  • Titre traduit

    Transaction Costs in Water Markets : the Case of California.


  • Résumé

    This dissertation aims at contributing to the ongoing debate about the potential effectiveness of water markets. With the ongoing economic changes and the growing versatility of water resources due to climate changes, many arid regions around the world need to reconsider their strategy of managing their hydrological resources. Interests among policy makers are leaning toward flexible reallocation mechanisms such as water markets to cope with water shortages. While efficient in theory, such instruments are also very costly to establish and to maintain because of the potential externalities that transferring water may cause. These so-called transaction costs limit the effectiveness of water markets in comparison to the situation of perfect competition and can induce a more detrimental outcome than a centralized management. Therefore, any decentralized solutions to manage the scarce water resources must account for the transaction costs of running such alternatives. In that respect, this work focuses on studying the underlying causes of these transaction costs and adapts a tool widely used in the international trade economics: the gravity equations. Through that way, importance of these transaction costs for the development of effective water markets is reasserted. More importantly, a theoretical and empirical model is developed to measure the magnitude of the different frictions in reallocating water through decentralized managements in the case of California.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.