Le Web politique : l'espace médiatique des candidats de la présidentielle 2012

par Laura Goldberger-Bagalino

Thèse de doctorat en Sciences de l'information et de la communication

Sous la direction de Marc Hiver.

Soutenue le 21-12-2017

à Paris 10 , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, spectacles (Nanterre) , en partenariat avec Histoire des arts et des représentations (Nanterre) (laboratoire) et de Histoire des Arts et des Représentations / HAR (laboratoire) .

Le président du jury était David Buxton.

Le jury était composé de Marc Hiver, David Buxton, Benoît Lelong, Valérie Devillard.

Les rapporteurs étaient Arnaud Mercier, Benoît Lelong.


  • Résumé

    À l'instar de la psychotechnique des industries culturelles, savoir manier l’émotion pour toujours mieux capter l’attention d’un électeur dans la sphère de l'infotainment reste l’un des premiers objectifs d'une stratégie de campagne. Cependant, le Web politique a fait émerger de nouvelles formes de communication dans les méthodes de persuasion électorale : l’impact du capital médiatique d’un candidat se joue en ligne prolongeant celui du terrain. Sur Internet, les politiques, efficacement secondés par des experts de l’image chargés de façonner leur identité, leur réputation et leur influence, ont découvert de nouveaux territoires pour amplifier leur message, se promotionner 24 heures sur 24 ou mobiliser en temps réel des militants et récolter des fonds. Contournant les médias traditionnels pour ne pas être déstabilisé par les éditorialistes, un responsable politique s’exposera plus généreusement sur les réseaux sociaux pour devenir « rédacteur en chef » de sa propre campagne. En immersion de 2011 à 2017 sur le site de microblogging Twitter qui n’utilise que 140 caractères par message, j'essaie au travers de ma thèse de déterminer la place et la fonction de ce « média social », ainsi que son poids dans la construction de l’espace médiatique des prétendants à l’Élysée, notamment lors de la présidentielle française de 2012. Quels sont les enjeux des candidats sur le Web et que nous révèlent-ils sur les mises en scène du pouvoir ? Comment les professionnels des cellules de communication politique ont-ils pris possession de ces nouveaux outils qui accélèrent la temporalité des logiques institutionnelles et qui offrent aux militants un espace de réactivité aussi performant que celui d’un journaliste pour corriger les imprécisions des promesses de campagne ? Quelques éléments de réponses se trouvent dans les mots-clés : défiance, fact-checking, storytelling, Big Data, modélisations prédictives, irrévérence, infotainment, riposte-party et social-TV et dans les chiffres qui leur sont associés.

  • Titre traduit

    Political Web : the candidates’s media space during the French 2012 presidential election


  • Résumé

    According to the psycho-technological model of the cultural industries, the ability to manage emotion to get voters’ constant attention in the infotainment sphere, remains one of the first objective in an electoral campaign strategy. However, the political Web contributes to the emergence of new forms of communication in electoral persuasion methods. The impact of a candidate’s media capital plays an important part online and as an extension offline. On the internet, the political class, effectively assisted by technical design experts whose job is specifically to deal with the profile of their identity, their reputation and their influence, have discovered new territories to amplify their message and to promote 24 hours a day, or to mobilize supporters in real time to raise funds. Circumventing traditional media rather than taking the risk of being destabilized by an editorialist, a political manager will choose to be more present on social media to become editor-in-chief of his or her own campaign. Totally immersed from 2011 to 2017 in website Twitter, to practice microblogging (140 characters), I try in my thesis to identify the position and the function of this « social media » as well as its value in the construction of presidential candidates, including during the French 2012 presidential election.What are the issues of the candidates who are present on the web sites and what do they reveal to us about the representation of power? How do the professionals of communication cells (the « cellcoms ») manage to take possession of these new communications tools that accelerate the temporality of institutional logics and offer to supporters an equivalent space to correct the imprecisions of campaign pledges?I suggest some answers to these questions that can be found in these keywords: suspicion, fact-checking, storytelling, Big Data, predictive modeling, irreverence, infotainment, riposte-party and social-TV as well as the associated figures presented in this thesis.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.