Espace et pouvoir dans l'Ab Vrbe Condita de Tite-Live : représentation de l'espace dans le récit de la conquête romaine

par Marine Miquel

Thèse de doctorat en Langues et littératures anciennes

Sous la direction de Charles Guittard.

Le président du jury était Étienne Wolff.

Le jury était composé de Charles Guittard, Étienne Wolff, Michèle Ducos, Bernard Mineo, Dominique Briquel, Mathilde Simon, Anne Videau.

Les rapporteurs étaient Michèle Ducos, Bernard Mineo.


  • Résumé

    S'il est établi que les historiens romains effectuent un travail important de sélection et de mise en forme de leurs sources, les descriptions et mentions géographiques font encore l'objet d'un regard hypercritique. Tite-Live se voit ainsi reprocher son incompétence ou sa négligence en la matière. Nous montrons qu'une telle conception méconnaît les conditions et les motivations qui président à l'écriture de l'histoire dans l'Antiquité. Pour comprendre les enjeux de la représentation livienne de l'espace, il faut nous abstraire d'une conception strictement géographique et topographique qui conduit, sur le plan des études narratives, à n'envisager l'espace que comme un arrière-plan. Nous mettons en évidence, dans une Ière partie,que la représentation de l'espace livien relève d'un travail de composition à partir des traditions annalistique et antiquaire, des histoires d'Alexandre, d'intertextes poétiques mais aussi d'un horizon d'attente construit autour de l'irruption, au coeur même de Rome, d'images liées à la conquête romaine. La représentation de l'espace obéit alors à différents enjeux, chacun attaché à des formes particulières et à des moments-clé qui permettent d'établir une typologie des représentations de l'espace dans l'oeuvre. Dans notre IIème partie, nous montrons que le passage, au sein d'un même épisode, d'un type d'espace à un autre et le recours à des épisodes récurrents permettent d'établir un discours sur la conquête et sur l'empire. Notre IIIème partie souligne que l'Ab Vrbe condita, en articulant espaces et peuples conquis autour de l'Vrbs, ne relève pas que d'une vision « nationaliste » mais propose des éclats d'histoire universelle pour interroger le pouvoir romain et sa pérennité.

  • Titre traduit

    Space and power in Livy's Ab urbe condita : representation of space in the narrative of Roman conquest


  • Résumé

    While it is now aknowledged that Roman historians choose and shape theirsources, geographical descriptions and notes are still blamed. Livy is thus criticized for his lack of knowledge or neglect of geographical matter. We show that such a conception doesn't understand the writing of ancient history's conditions and motives.To understand well the purposes of the livian representation of space, we have to cut ourselves off from a strictly geographical and topographical conception and, on thenarrative level, from a vision of space as a single background. In our first part, we evidence that Livian representation of space is the result of a work of composition from annalistic and antiquarian traditions, Alexander's histories, poetic intertexts and the ''horizon d'attente'' which is built with the coming of images from the Roman conquest within the city of Rome. Representation of space has different purposes that are linked to different goals and various forms or key moment in the work'sarrangement, so that we can establish a typology. In our second part, we underlinethat the shift from a spatial type to another and the use of a specific terminologyleave to establish a discourse on Roman conquest and empire. Our third part showsthat the Ab Vrbe condita is not only a ''national'' work but also offers parts of universal history to question Roman power and its empire.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.