Le bon sens dans l’organisation

par Diane Ella Németh Bongers

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de Isabelle Bouty.

Soutenue le 11-07-2017

à Paris 10 , dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre) , en partenariat avec Centre d’Etudes et de Recherches sur les Organisations et la Stratégie (Nanterre). Université Paris Nanterre (laboratoire) et de Centre d'Etudes et de Recherches sur les Organisations et la Stratégie / CEROS (laboratoire) .

Le président du jury était Carole Drucker-Godard.

Le jury était composé de Isabelle Bouty, Carole Drucker-Godard, Philippe Lorino, Hervé Laroche, Stéphane Veyer.

Les rapporteurs étaient Philippe Lorino, Hervé Laroche.


  • Résumé

    Si le bon sens est fréquemment invoqué au cœur des préoccupations organisationnelles, il n’existe pas de théorie du bon sens en sciences de gestion. Nous avons, grâce aux travaux de Bourdieu (1980), exploré le bon sens comme un concept dyadique, comprenant deux dimensions, le sens commun et le sens pratique. Diverses perspectives dépendant de l’importance relative qui est accordée à chacune de ses deux dimensions, montrent que le bon sens est multiple. Il est une dynamique qui articule ensemble le sens commun, attaché au jugement, et le sens pratique, attaché à la réflexivité. Afin de comprendre les mécanismes fondamentaux du bon sens dans l’organisation, nous avons conduit une étude en trois phases, inductive, longitudinale, d’un cas paradigmatique.La dynamique du bon sens dans l’organisation résulte de la combinaison et de l’interaction entre la constitution du jugement et la culture de la réflexivité. Nos travaux montrent que le bon sens repose sur une l’alternance entre différents états, ouvert, fermé, en cours d’ouverture et en cours de fermeture, favorisant ainsi une « respiration » entre la constitution d’un jugement avec une culture de la réflexivité. Le bon sens peut être pleinement un outil de gestion, à condition d’être prévu et reconnu, pour une vie organisationnelle qui n’est jamais totalement accomplie.

  • Titre traduit

    Common sense in organization


  • Résumé

    While common sense is frequently cited as a core organizational concern, there is no common-sense theory in management science. Thanks to the work of Bourdieu (1980), we have explored common sense as a dyadic concept, comprising two dimensions, common sense and practical sense. Various perspectives depending on the relative importance given to each of its two dimensions show that common sense is multiple. It is a dynamic which articulates together common sense, attached to judgment, and practical sense, attached to reflexivity.To understand the fundamental mechanisms of common sense in organization, we conducted a three-phase, inductive, longitudinal study of a paradigmatic case.The dynamics of common sense in organization results from the combination and interaction between the constitution of judgment and the culture of reflexivity. Our work shows that common sense is based on an alternation between different states, open, closed, opening and closing, thus promoting a "breathing" between the constitution of a judgment and a culture of reflexivity. Common sense can be fully a management tool, provided it is planned and recognized, for an organizational life that is never fully accomplished.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.