L’ontologie fondamentale dans la pensée de Martin Heidegger

par Thierry Viana

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Didier Franck.

Le président du jury était Christian Berner.

Le jury était composé de Didier Franck, Christian Berner, Alain Boutot, Dominique Pradelle.

Les rapporteurs étaient Alain Boutot, Dominique Pradelle.


  • Résumé

    Reconsidérant tardivement l’ontologie fondamentale élaborée dans et à partir d’Être et temps, Heidegger la soumet à une critique immanente radicale et totale : 1° l’ontologie fondamentale n’est pas fondamentale ; 2° par ce qu’elle vise sans l’avoir clairement compris à ses débuts, l’ontologie fondamentale ne mérite même pas, à proprement parler, le titre d’ontologie. Comment, ayant élaboré l’ontologie fondamentale pour répéter la question de l’être comme la question fondamentale après qu’elle fut tombée en oubli depuis Platon et Aristote, Heidegger a-t-il pu en venir lui-même à nier que cette ontologie fût fondamentale et même qu’elle méritât le titre d’ontologie ? Afin de le comprendre, nous tenterons de suivre le chemin de pensée de Heidegger, depuis l’ontologie fondamentale comme son terminus ab quo jusqu’à la pensée de l’Ereignis comme son terminus ad quem. De là les trois parties principales de la présente recherche : 1°, la saisie et le déploiement de l’ontologie fondamentale en son essence comme phénoménologie herméneutique de l’être du Dasein et de l’être en général ; 2°, le virage de la pensée, que nous distinguerons avec Heidegger du tournant dans l’Ereignis ; 3°, l’explicitation de la pensée de l’Ereignis, en vue de dégager l’horizon ultime de l’interprétation de l’ontologie fondamentale.

  • Titre traduit

    The fundamental ontology in Martin Heidegger’s thought


  • Résumé

    Reconsidering late the fundamental ontology elaborated in and from Being und Time, Heidegger subjects her to an immanent, radical and total criticism : 1° the fundamental ontology is not fundamental ; 2° by what she focuses without clearly understanding it in her beginnings, the fundamental ontology doesn't deserve, strictly speaking, the title of ontology. How, having elaboreted the fundamental ontology to repeat the question about the Being as the fundamental question, after she was forgotten since Plato and Aristoteles, Heidegger could ever come himself to deny that this ontology was fundamental and even that she deserved the title of ontology ? In order to understand it, we'll try to follow the way of Heidegger’s thought, from the fundamental ontology as his terminus ab quo to the thought of the Ereignis as his terminus ad quem. Based on this, the three main parts in the research are : 1° getting and developping the fundamental ontology in her essence as hermeneutical phenomenology of the Being of the Dasein and of the Being in general ; 2° the bend of the thought, that we'll differ with Heidegger from the turning in the Ereignis ; 3° the explicitation of the thought of the Ereignis, in order to bring out the last horizon for an interpretation of the fundamental ontology.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.