Italian parasynthetic verbs : argument structure

par Silvia Darteni

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Léa Nash.

Soutenue le 01-12-2017

à Paris 8 , dans le cadre de École doctorale Cognition, langage, interaction (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis) , en partenariat avec Structure formelle du langage (équipe de recherche) .

Le président du jury était Lucia M. Tovena.

Le jury était composé de Bridget Copley.

Les rapporteurs étaient Phoevos Panagiotidis.


  • Résumé

    La thèse porte sur la structure argumentale des verbes parasynthétiques italiens. Elle s'intéresse En particulier à deux sous-groupes : les dénominaux dont la paraphrase est « faire devenir S », où S est le substantif de base (appelés BN); et les désadjectivaux dont la paraphrase est « faire quelque chose plus A », où A est l'adjective de base (appelés DPV). Les deux types de verbes posent des questions très différentes, mais liées à la question de la syntaxe lexicale : les premiers forment une construction seconde inattendue dans le domaine roman ; les deuxièmes peuvent générer deuxlectures aspectuelles (stative et événementiel) même en étant causatifs.La thèse s'ouvre avec des chapitres de caractère général. Le premier plaide pour une amélioration des méthodes de collecte de données dans le domaine génératif. Les deuxième et troisième chapitres décrivent les cadres formels pertinents ainsi que la parasynthèse.La première partie de la thèse porte sur les BN. Au moyen de tests conduits sur des locuteurs natifs de l'italien, elle affirme et analyse l'acceptabilité de la construction pseudo-résultative en italien. Cette enquête se poursuit par une comparaison avec les données du français, qui se comporte différemment. La deuxième partie s'ouvre avec une réflexion sur les diagnostics de la stativité, et se poursuit avec l'analyse des DPVs. En particulier, le concept de causalité stative est analysé et traduit dans la théorie de la causalité de force-dynamics.Enfin, une application au TALN des diagnostics de stativité est décrite dans le dernier chapitre. L'importance de l'identification précise de la stativité est éclaircie.

  • Titre traduit

    Verbes parasynthetiques italiens : Structure argumentale


  • Résumé

    The present dissertation investigates the argument structure of two groups of Italian parasyntheticverbs: denominal verbs paraphrased as "make X become N", where N is the base noun (henceforth BN); adjectival verbs paraphrased as "make X more A", where A is the base adjective. The two groups present different issues linked to the lexical syntax, the former can participate in a secondary predication that is unexpected for Romance languages; the latter can receive two aspectual readings (stative and eventive) which are both causative.The dissertation starts with three chapters of general interest. The first one describes new experimental methods that can be employed in generative linguistics. The second and third one describe useful frameworks and the morphological process of parasynthesis.The first part of the dissertation analyses BNs. It is shown by means of several experiments that Italian native speakers accept the pseudo-resultative construction. Results of a comparative study with French are reported and show that French behaves differently to Italian in this respect.4The second part analyses stativity diagnostics and apply them in the study of DPVs. It gives account for the causal stativity in the force-dynamic framework.The last chapter applies stativity diagnostics in the natural language processing domain.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.