Music across music : towards a corpus-based, interactive computer-aided composition

par Daniele Ghisi

Thèse de doctorat en Musique : recherche en composition

Sous la direction de Carlos Agón et de Pierre Couprie.

Soutenue le 19-12-2017

à Paris 6 , dans le cadre de École doctorale Informatique, télécommunications et électronique (Paris) , en partenariat avec Sciences et Technologies de la Musique et du Son / STMS (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Pierre Briot.

Le jury était composé de Myriam Desainte-Catherine, Miller Smith Puckette.

Les rapporteurs étaient Georg Hajdu, Pierre-Alexandre Tremblay.

  • Titre traduit

    Musique à travers la musique : vers une composition interactive assistée par ordinateur, basée sur un corpus


  • Résumé

    Le traitement de musique existante pour en construire de nouvelle est une caractéristique fondamentale de la tradition musicale occidentale. Cette thèse propose et discute mon approche personnelle au sujet : l'emprunt de fragments de musique à partir de grands corpus (contenant des échantillons audio ainsi que des partitions symboliques) afin de créer une palette de grains organisée par descripteurs de bas niveau. Les paramètres sont gérés par des partitions numériques hybrides. Cette thèse présente également la bibliothèque "dada", qui fournit au logiciel Max la possibilité d'organiser, de sélectionner et de générer du contenu musical grâce à un ensemble d'interfaces graphiques manifestant une approche exploratoire à la composition. Ses modules abordent, entre autre, la visualisation de bases de données, la segmentation et l'analyse des partitions, la synthèse concaténative, la génération musicale à travers la modélisation physique ou géométrique, la synthèse "wave-terrain", l'exploration de graphes, les automates cellulaires, l'intelligence distribuée et les jeux vidéo. Pour terminer, cette thèse traite de la question de savoir si la représentation classique de la musique, démêlée dans l'ensemble standard des paramètres traditionnels, est optimale. Deux alternatives possibles aux décompositions orthogonales sont présentées : des représentations de partitions fondées sur les "grains", qui héritent les techniques de la composition basée sur corpus, et des modèles d'apprentissage automatique non supervisés, fournissant représentations de la musique "agnostiques". La thèse détaille aussi ma première expérience d'écriture collaborative au sein du collectif /nu/thing.


  • Résumé

    The reworking of existing music in order to build new one is a quintessential characteristic of the Western musical tradition. This thesis proposes and discusses my personal approach to the subject: the borrowing of music fragments from large-scale corpora (containing audio samples as well as symbolic scores) in order to build a low-level, descriptor-based palette of grains. Parameters are handled via digital hybrid scores, in order to equip corpus-based composition with the control of notational practices. This thesis also introduces the dada library, providing Max with the ability to organize, select and generate musical content via a set of graphical interfaces manifesting an exploratory approach towards music composition. Its modules address a range of scenarios, including, but not limited to, database visualization, score segmentation and analysis, concatenative synthesis, music generation via physical or geometrical modelling, wave terrain synthesis, graph exploration, cellular automata, swarm intelligence, and videogames. The library is open-source and it fosters a performative approach to computer-aided composition. Finally, this thesis addresses the issue of whether classical representation of music, disentangled in the standard set of traditional parameters, is optimal. Two possible alternatives to orthogonal decompositions are presented: grain-based score representations, inheriting techniques from corpus-based composition, and unsupervised machine learning models, providing entangled, `agnostic' representations of music. The thesis also details my first experience of collaborative writing within the /nu/thing collective.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.