Étude des pratiques mortuaires de la civilisation toltèque, région du haut Plateau central mexicain, État d’Hidalgo, Mexique, 750 – 1200 apr. J.-C.

par Céline Codron

Thèse de doctorat en Théorie et pratique de l'archéologie

Sous la direction de Christian Duverger.

Soutenue le 20-12-2017

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l’art et archéologie (1992-.... ; Paris) , en partenariat avec Centre de recherche sur l’Amérique préhispanique (équipe de recherche) .

Le président du jury était Daniel Lévine.

Le jury était composé de Grégory Chambon, Victòria Solanilla i Demestre.


  • Résumé

    Révélée par l’épopée mythique de son légendaire souverain Quetzalcóatl, la civilisation toltèque a été reconnue au XIXe siècle lors des explorations du français Désiré Charnay. Par la suite, les recherches archéologiques ont mené à l’identification du site principal de Tula. Les données matérielles recueillies ont été croisées avec les textes afin d’identifier les traits culturels propres à cette civilisation. En dépit de ces découvertes et des nombreux dépôts mortuaires exhumés, les morts toltèques sont restés dans l’ombre des archives. L’objet de cette thèse est donc d’analyser les dépôts mortuaires de la civilisation toltèque et de mettre en exergue, via une approche précise et pluridisciplinaire, les continuités et les spécificités culturelles de la mort dans trois sites : Tula, Tizayuca et El Refugio. Les données quantitatives et qualitatives de ces trois exemples nous ont permis de fonder une analyse minutieuse et systématique des données datées de 750 apr. J.-C. à 1200 apr. J.-C. Après avoir mis l’accent sur une analyse archéo-anthropologique, l’étude s’est ensuite concentrée sur la définition du système idéologique mortuaire toltèque au travers des textes et des images. La reconnaissance de la dimension paradigmatique de la mort au sein de cette civilisation mésoaméricaine a favorisé une échappée des interprétations consensuelles centrées autour de l’antinomie funéraire - sacrificielle, pour parvenir à la réhabilitation d’un usage de la mort caché. Dans l’ensemble, cette thèse se propose d’apporter une lecture inédite des pratiques mortuaires de la civilisation toltèque, à partir d’une appréhension archéologique, ethnohistorique et anthropologique

  • Titre traduit

    Study of mortuary practices in Toltec civilization, Higher Central Mexican Region, Hidalgo State, Mexico, A.D. 750-1200


  • Résumé

    Revealed by the mythical epic of its legendary sovereign Quetzalcóatl, the Toltec civilization was recognized during the XIXe century, amid the explorations made by Désiré Charnay, a french traveller and archaeologist. Thereafter, archaeological research lead to the identification of the main site of Tula. The physical data collected were cross-checked with the texts in order to identify cultural features specific to this civilization. Despite these discoveries and numerous exhumed mortuaries, dead Toltec remained in the shadows, hidden in archives. Thus, this thesis aims to analyze mortuaries of the Toltec civilization and to highlight, through a precise and multidisciplinary approach, the continuities and cultural specificities of death in three sites : Tula, Tizayuca and El Refugio. Quantitative and qualitative data from these three examples allowed us to produce a meticulous and systematic analysis of data from A.D. 750 to A.D. 1200. After laying emphasis on a archaeo-anthropological analysis, the study then focused on the definition of the Toltec ideological funeral system through texts and pictures. The acknowledgement of death’s paradigmatic dimension within this Mesoamerican civilization enabled the breakaway of consensual interpretations centred on funeral antinomy – sacrificial, to achieve the rehabilitation of a hidden purpose of death. As a whole, this thesis offers a new reading of the Toltec civilization’s mortuary practices, from an archaeological, ethnohistorical and anthropological insight.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.