L'univers féminin adolescent d'un quartier populaire en Seine-Saint-Denis

par Katia Baudry

Thèse de doctorat en Sciences sociales et philosophie de la connaissance

Sous la direction de Didier Lapeyronnie.

Soutenue le 18-12-2017

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec GEMASS (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Jean-Christophe Marcel.

Le jury était composé de Catherine Delcroix, Michel Kokoreff, Anne Salmon.


  • Résumé

    Cette recherche a pour objectif de donner vie et corps à l’univers féminin adolescent dans un quartier populaire de la banlieue parisienne. Il s’agit de s’extraire du prisme de la victimisation et du regard androcentrique par lesquels les filles sont essentiellement observées, pour ne regarder qu’à travers l’axe des relations filles-filles, et s’apercevoir que la construction de l’identité collective et individuelle s’élabore, pendant la période de l’adolescence, et dans le contexte d’un quartier populaire de la banlieue parisienne, selon différentes stratégies, collectives et individuelles avec une confrontation directe aux parents, à l’école, aux pairs, au travail et au groupe. Ce travail est le fruit d’une longue expérience de terrain en tant qu’éducatrice spécialisée en Prévention spécialisée. La démonstration réalisée dans cette étude s’est concentrée exclusivement sur le vécu, le ressenti de 49 adolescentes, âgées de 11 à 17 ans, dont 18 réparties en trois groupes d’âges différents : 11-12 ans, 15-16 ans et 16-17 ans, sans qui cet univers resterait encore invisible aux regards des adultes. La méthodologie empruntée privilégie les méthodes d’enquête qualitative relevant de l’école de Chicago. Il ressort de cette étude la création par les adolescentes d’un entre soi féminin adolescent, culturel, territorial et social comme famille de substitution pour grandir, se protéger, vivre des expériences en dehors des cercles de sociabilités.

  • Titre traduit

    The teenage feminine world of a working-class neighborhood in Seint-Saint-Denis


  • Résumé

    The aim of this research is to give life and body to the teenage feminine world in a working-class area of the Parisian suburbs. It is a question of extracting from the prism of the victimization and the Androcentric glance by which the girls are essentially observed, to look only through the axis of the girls-girls relationship, and realize that the construction of the identity Collective and individual development, during the adolescence period, and in the context of a working-class neighbourhood of the suburbs of Paris, according to different strategies, collective and individual with a direct confrontation with parents, at school , peers, work and group. This work is the result of a long field experience as a specialized prevention educator. The demonstration carried out in this study focused exclusively on the experience, the feeling of 49 teenage girls, aged 11 to 17 years, of which 18 divided into three groups of different ages: 11-12 years, 15-16 years and 16-17 years, without whom this universe would still remain Invisible to the eyes of adults. The borrowed methodology focuses on the qualitative survey methods of the Chicago school. It emerges from this study the creation by teenage girls of a female teenager, cultural, territorial and social as surrogate family to grow, protect themselves, live experiences outside the circles of sociability.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.