Les fins du voyage : espace, rhétorique et identité chez Peter Fleming

par Horatiu Burcea

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Frédéric Regard.

Soutenue le 08-12-2017

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Civilisations, cultures, littératures et sociétés (Paris) , en partenariat avec Voix Anglophones (Littérature et Esthétique) (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jean Viviès.

Le jury était composé de Matthew Graves, James M. Nyce, Christine Reynier.


  • Résumé

    Les fins du voyage chez Peter Fleming sont entendues comme déclins, comme lignes de rupture, comme aboutissements, comme principes moteurs et comme finalités. Trois pistes sont explorées pour comprendre ces fins ; la première postule une volonté anesthétique de la part de l’auteur : la finalité de nier son expérience esthétique et en même temps de rechercher l’extrême en tant qu’anesthésique, en tant que palliation, reproduction et transfert d’expériences traumatiques. La seconde concerne son utilisation de l’art rhétorique pour reproduire et en même temps se jouer des conventions et des attentes du lecteur. On peut parler ici d’une psychologie inversée qui va lui permettre de brouiller ses pistes, de multiplier les interprétations potentielles et de réfléchir son identité de manière protéiforme. Enfin, la troisième propose l’étude des aspects dunamiques de ses récits – un néologisme faisant référence à la sphère de la potentialité. Ce modèle permet de construire une analyse littéraire et anthropologique des alternatives pensées, envisagées et narrées par l’auteur qui va complémenter celle des discours et des itinéraires actualisés. L’identité auctoriale est définie dans ce contexte comme un espace intermédiaire, trans-mondes et hétérotopique, qui se situe entre tous les possibles et ce qui est.

  • Titre traduit

    The ends of travel : space, rhetoric and identity in Peter Fleming’s writings


  • Résumé

    The ends of travel in Peter Fleming’s works are seen as declines, lines of rupture, outcomes, driving principles and goals. Three paths are explored to understand these ends. The first postulates an anaesthetic intention on the part of the author: the purpose of denying his aesthetic experience and at the same time of seeking extreme sensation as an anesthetic, as palliation, reproduction and transfer of traumatic experience. The second focuses on his use of rhetorical art to reproduce and, at the same time, to play with the conventions and expectations of the reader. His use of reverse psychology allows the creation of a broad spectrum of interpretations and the projection of his identity in a protean manner. Finally, the third aims at analyzing the dunamic aspects of his narratives – a neologism referring to the sphere of potentiality. This model allows the literary and anthropological analysis of the potential alternatives contemplated, suggested and narrated by the author, one that is meant to complement the study of his actual itineraries and discourses. Authorial identity is defined in this context as an intermediate, trans-world and heterotopic space which lies between what is and everything that could be.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.