L’imagination de la littérature, des romantiques à Sartre

par Riccardo Barontini

Thèse de doctorat en Littérature et civilisation française

Sous la direction de Didier Alexandre.

Soutenue le 07-12-2017

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Littératures françaises et comparée (Paris) , en partenariat avec CELLF (laboratoire) .

Le président du jury était Michel Murat.

Le jury était composé de Dominique Combe, William Marx, Jean-Jacques Wunenburger.


  • Résumé

    Cette thèse mène une enquête sur le concept d’imagination tel qu’il est abordé dans la réflexion littéraire de la période 1924-1948, dans le cadre plus vaste des rapports entre imagination et littérature à partir du romantisme. Elle interroge plus spécifiquement l’évolution du lien théorique établi entre la faculté imaginative et la définition des pouvoirs de connaissance de la littérature. Cette étude se compose de deux parties : la première, synthétique, met en relief les coordonnées du débat autour de l’imagination, dans la trajectoire qui mène jusqu’au XXe siècle. Quatre thématiques principales y sont développées : l’opposition entre imagination reproductrice et imagination créatrice, la centralité du modèle romantique, l’apport herméneutique des sciences humaines et la dialectique problématique entre ces deux derniers éléments, dans le contexte de la crise de légitimation que la littérature traverse dans l’entre-deux-guerres. La deuxième partie, se fondant sur une démarche analytique, se compose de chapitres monographiques consacrés aux théories de l’imagination élaborées par cinq auteurs principaux : André Breton, Gaston Bachelard, Roger Caillois, Armand Petitjean et Jean-Paul Sartre. Elle vise à étudier à la fois la spécificité de leur production et leur participation à un cadre commun, par l’analyse des différentes stratégies qu’ils emploient afin de préserver, par le concept d’imagination, un espace d’autonomie épistémologique pour la littérature.

  • Titre traduit

    The imagination of literature, from the romantics to Sartre


  • Résumé

    This dissertation investigates the concept of imagination in literary theory during the period 1924-1948, in the larger context of the relationship between imagination and literature from the Romantic period on. This work stresses in particular the evolution of the theoretical link between imagination and the cognitive power of literature. The text is composed of two main sections: the first part provides a synthetic consideration of the terms of the intellectual debate around the imagination, through the early twentieth century. Four main subjects are discussed: the conflict between reproductive imagination and creative imagination, the importance of the romantic model, the hermeneutical contribution of human sciences and the problematic dialectics between these latter two elements, in the context of the crisis of legitimacy faced by literature in the interwar period. The second, more analytical part is composed of five monographical chapters dedicated to the theories of imagination developed by five authors: André Breton, Gaston Bachelard, Roger Caillois, Armand Petitjean et Jean-Paul Sartre. This section aims to study both the specificity of these theories and their participation in a common framework. It analyzes the strategies these authors employ to preserve, through the concept of imagination, an epistemological autonomy for literature.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.