Min, le « puissant des dieux ». Le dieu Min, de la Première Période intermédiaire à la fin de la Deuxième Période intermédiaire : réinterprétation d'une image divine au service du pouvoir

par Jean-Guillaume Olette-Pelletier

Thèse de doctorat en Égyptologie

Sous la direction de Pierre Tallet.

Soutenue le 23-11-2017

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Mondes anciens et médiévaux (Paris) , en partenariat avec Orient et Méditerranée (Ivry-sur Seine, Val de Marne) (laboratoire) .

Le président du jury était Christiane Zivie-Coche.

Le jury était composé de Susanne Bickel, Laurent Coulon, Frédéric Payraudeau.


  • Résumé

    Le dieu égyptien Min a toujours été considéré comme un dieu de la procréation par nombre d’égyptologues. Pourtant, l’analyse de son image et de son culte sur la période allant du début de la 8e dynastie à la fin de la 17e dynastie révèle une toute autre définition. Son iconographie témoigne d’une élaboration cryptique dans l’emploi des divers éléments qui composent son image. La présente étude réanalyse par ailleurs la parèdre coptite du dieu ainsi que la réappropriation de l’image de Min au début du Moyen Empire par la divinité thébaine Amon. Loué lors de fêtes spécifiques aux fonctions agraires et dynastiques, Min fit l’objet d’une vénération certaine au cours de cette large période, aussi bien auprès des souverains que des particuliers. Min est aussi particulièrement vénéré en contexte expéditionnaire. Qu’il s’agisse du ouadi Hammamat ou du Gebel el-Zeit en passant par Mersa Gaouasis et par Konosso, le dieu est mentionné ou figuré pour ses attributions guerrières et minérales. Enfin, au cours du Moyen Empire et de la Deuxième Période intermédiaire, Min semble particulièrement loué en Abydos. Son insertion dans la geste osirienne – avec la création de sa forme Min-Horus-nakht – témoigne du déplacement et de la portée funéraire et dynastique croissante du culte à cette époque. Par ses hymnes et les témoignages archéologiques découverts en Abydos, apparaissent en ce lieu les vestiges d’un sanctuaire propre au dieu. Au regard de l’ensemble de la documentation récolée, Min apparaît alors non pas comme un dieu de procréation, mais comme un « Suivant d’Horus », un dieu de la force aux fonctions dynastiques et régénératrices, agissant tant sur le monde naturel que dans l’inframonde.

  • Titre traduit

    Min, the “mighty of gods”. The god Min, from the First Intermediate Period to the end of the Second Intermediate Period : reinterpretation of a divine image to the service of power


  • Résumé

    The Egyptian god Min has always been considered as a procreation god by many Egyptologists. However, the analysis of his image and his cult on the period from the beginning of the First Intermediate Period to the end of the 17th dynasty reveals a very different definition. His iconography shows a cryptic elaboration in the way of using various details composing his image. This present study reanalyzes the Coptite consort of Min as well as the reappropriation of the god’s image by the Theban deity Amun at the beginning of the Middle Kingdom. Revered during specific agrarian and dynastic religious festivals, Min was subject of a great veneration during this period, both from kings and private individuals. Min was also particularly praised in expeditionary contexts. From the wadi Hammamat to the Gebel el-Zeit via Mersa Gawasis and the peninsula of Konosso, this god was mentioned and figured for his warring and mineral abilities. Lastly, during the Middle Kingdom and the Second Intermediate Period, Min seems particularly revered in Abydos. He was inserted inside the Osirian cult with the creation of the figure of Min-Horus-nakht, the latter testifying the moving of the cult and the funerary and dynastic importance of the god in this city. With Abydenian hymns and the discovery of archeological fragments, the location of a sanctuary dedicated to the god could be brought to light. Regarding all the collected data, Min appears not as a procreation god but as a ‘Follower of Horus’, a god of strength with dynastic powers, a god of regeneration who acts over both the natural world and the underworld.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible sur intranet à partir du 31-12-2022

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.