La création de soi par soi : origine, identités et transgressions dans l’œuvre de Vladimir Nabokov, Romain Gary et Philippe Roth

par Sophie Bernard

Thèse de doctorat en Études slaves

Sous la direction de Lubov Jurgenson et de Carole Ksiazenicer-Matheron.

Le président du jury était Isabelle Poulin.

Le jury était composé de Yves-Charles Grandjeat, Laure Troubetzkoy, Philippe Zard.


  • Résumé

    Traversant à eux trois l’ensemble du XXe siècle, Vladimir Nabokov, Romain Gary et Philip Roth sont issus de mondes géographiques, culturels et théoriques différents. Pourtant, leur œuvre et leur conception de la fiction présentent bien des affinités : une sensibilité cosmopolite, une réflexion sur l'écriture de la mémoire, un goût prononcé pour la mystification, un rapport au langage qui dote la lettre d’un puissant pouvoir d’incarnation. Ces écrivains confient à leurs personnages une réflexion sur l'exil et l’acculturation, sur l’impossible coïncidence de soi à soi liée au multilinguisme, au cosmopolitisme ou à la judéité. Refusant les étiquettes identitaires, ils sont animés par une même ambition : celle de se créer eux-mêmes, de repenser l'identité patrimoniale en lui substituant une identité réflexive et dynamique. Mettant en jeu différentes formes de transgressions (filiales, génériques, ontologiques), la fiction devient ce lieu où l'écrivain fait son autoportrait sériel et où le biographique est incessamment construit et déconstruit. Le personnage romanesque se décline en autant de variantes de soi, parfois polémiques, qui permettent de faire émerger une vérité sur soi. Mais cette vérité ne peut se dire qu'entre les lignes, entre les langues et dans une écriture polyphonique. La langue elle-même devient la cachette où l'écrivain tente de redonner la parole aux disparus.

  • Titre traduit

    Creating the self : origin, identities, transgressions in the works of Vladimir Nabokov, Romain Gary et Philippe Roth


  • Résumé

    Vladimir Nabokov, Romain Gary and Philip Roth are three 20th century writers who have different geographical, cultural and theoretical backgrounds. However, their works and their conceptions of fiction share many similarities: a cosmopolite sensibility, a reflection on writing memory, a strong interest in mystification, and a specific relation to language that endows words with a strong power of incarnation. These writers have their characters voice their reflection on exile and acculturation, as well as on the impossibility of self-coincidence, in relation to their multilingualism or Jewish identity. Nabokov, Gary and Roth distrust identity labels, and therefore share the same ambition : to create their own self, to rethink patrimonial identity by replacing it with a reflexive, dynamic one. Because fiction operates different forms of transgression (filial, generic, ontological), fiction becomes a place for the writer to create a serial self-portrait, where biography is constantly constructed and deconstructed. The multi-faceted self finds its incarnation in conversely multiple characters, some of them being sometimes polemical, and it enables the surfacing of a truth on oneself. This truth can only be found “between the lines”, in-between languages and in the polyphony of writing. Language itself becomes a hiding-place where the writer tries to retrieve the voices of the departed.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.